http://img.over-blog.com/196x300/2/90/12/86/le-ruban-rouge.jpg

Traduit de l’espagnol par Isabelle Gugnon

1
Ouvrez le lien que j’ai mis à la fin de mon texte, et vous verrez qu’on peut adorer ce livre que j’ai person­nel­le­ment détesté. (De là, à le compa­rer avec » Les mémoires d’Hadrien » de Margue­rite Your­ce­nar… à vous de juger !). Je ne cours pas après les romans histo­riques, mais alors celui-là, c’est exac­te­ment ce que je déteste. Je le pense assez raco­leur pour connaître un certain succès et pour un roman d’été il ne fati­guera personne. Comme on y parle beau­coup de sexe, il peut plaire. Je ne supporte pas le mélange des genres, entre les expli­ca­tions pseudo histo­riques et les romans d’amour de la belle madame Tallien, l’auteur non seule­ment ne choi­sit jamais, mais explique le compor­te­ment des person­nages par nos façons de penser actuelles

La rédac­tion des mémoires de cette trop jolie femme espa­gnole qui a résisté à trois maris , beau­coup d’amants et aux épisodes les plus sanglants de la révo­lu­tion fran­çaise devait sembler un bon sujet roma­nesque, hélas ! c’est peut être trop roma­nesque juste­ment. Pour un public étran­ger qui ne connaît ni la révo­lu­tion, ni cette période, il y trou­vera peut-être un peu d’intérêt mais j’en doute. L’érudition distil­lée dans ce roman est insup­por­table. On a l’impression que l’auteur a écrit en consul­tant Wiki­pé­dia pour chaque person­nage et même pour certains objets (voir ce qu’elle écrit sur le condom ou Madame Tussauds puis l’article de Wiki­pé­dia). On a eu l’occasion de lire telle­ment d’ouvrages passion­nants sur la révo­lu­tion fran­çaise, c’est vrai­ment dommage que, celui consa­cré à cette figure fémi­nine, soit si peu sérieux. Je ne reproche pas le côté fémi­nin du point de vue sur les événe­ments, je pense même que c’est le seul inté­rêt du roman, ce qui m’est insup­por­table c’est l’absence de profon­deur du person­nage. Et du coup le roman tombe à plat, le côté histo­rique est plus que super­fi­ciel , alors il reste quoi ?

En refer­mant le livre, je me suis demandé s’il ravi­vait quelques souve­nirs de mes cours d’histoire, pas grand-chose il est vrai. Je me souve­nais que Madame Tallien avait échappé à la guillo­tine. C’est vrai que sa vie est beau­coup plus passion­nante que ce simple épisode, et je pense qu’à l’occasion je me plon­ge­rai dans un véri­table ouvrage histo­rique.

Citations

Une dame riche ayant des amants est une grande dame ; une femme pauvre et volage n’est en revanche qu’une garce.

Savoir de quel pied boite l’ennemi est toujours utile au moment de l’affronter.

On en parle

En bien : link, en beau­coup moins bien : link.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation