http://ecx.images-amazon.com/images/I/510CEW2CWVL._SL500_AA300_.jpg

5
Cinq coquillages sans aucune hési­ta­tion pour ce livre qui rend les mythes grecs abor­dables et passion­nants. Je conseille ce livre facile d’accès à toutes celles et tous ceux qui veulent un premier aperçu de la mytho­lo­gie grecque, on y trouve des réflexions prati­que­ment philo­so­phiques et des récits ô combien passion­nants. Jean-Pierre Vernant le dit lui-même dans son intro­duc­tion, il avait été solli­cité par son petit fils pour racon­ter des histoires, spécia­liste de l’antiquité grecque, il lui a raconté celles qu’il connais­sait le mieux : les légendes et les mythes fonda­teurs de notre civi­li­sa­tion.

Quelle chance a eue cet enfant ! Puisqu’il a été écrit après cette expé­rience de trans­mis­sion orale, ce livre a deux grandes quali­tés : il est érudit sans être complexe et il retrouve un des aspects de la civi­li­sa­tion grecque, le plai­sir du conte. Jean-Pierre Vernant en conteur cela devait être merveilleux, on le sent bien, il prend à partie les Dieux, il s’amuse avec un esprit d’une inso­lence joyeuse qui rend le récit très vivant.

Mon petit fils me demande aussi les histoires d’Ulysse, et c’est pour lui que je me suis replon­gée dans ce livre pour mon plus grand plai­sir.

Citations

L’un des traits de l’existence humaine c’est la disso­cia­tion entre les appa­rences de ce qui se laisse voir, se laisse entendre, et puis les réali­tés.

Ulysse ne résiste pas au plai­sir de la vantar­dise et de la vanité. Il lui crie : « Cyclope, si on te demande qui a aveu­glé ton œil, dis que c’est Ulysse, fils de Laërte, Ulysse d’Ithaque, le pilleur de ville, le vain­queur de Troie, Ulysse aux mille tours ? » Natu­rel­le­ment, quand on crache en l’air, cela vous retombe sur le nez.

Les histoires concer­nant Diony­sos prennent un sens un peu parti­cu­lier quand on réflé­chit à cette tension entre le vaga­bon­dage, l’errance, le fait d’être toujours de passage, en chemin, voya­geur, et le fait de vouloir un chez-soi, où l’on soit bien à sa place, établi, où l’on ait été plus qu’accepté : choisi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation