http://ecx.images-amazon.com/images/I/51pwfV9DvBL._SL500_AA300_.jpg

4
Merci Krol, cette BD est vrai­ment excep­tion­nelle à mon tour de t’en recom­man­der une autre « la vieille dame qui n’avait jamais joué au tennis  » et en plus elle est moins triste​.Car là ! il faut avoir le moral pour la lire, cette BD, je comprends ta tris­tesse si un ou une de tes proches est touchée par la mala­die d’Alzheimer, car je crois que tout ce qui est décrit est très juste et du coup très triste.

Elle fait réflé­chir, mais je ne vois pas de solu­tion à cette mala­die qui nous touchera tous, nous ou nos proches. J’apprécie que le dessin serve à ce point le propos de l’auteur, il y a de bons romans sur ce sujet mais le dessin permet de mieux se rendre compte de l’imaginaire de chacun et la remon­tée des souve­nirs. J’ai beau­coup aimé quand le père revit une scène trau­ma­ti­sante de son enfance quand il se sent aban­donné par ses enfants.

Une BD se relit plus faci­le­ment qu’un roman et cela permet de voir des détails qui avaient échappé à la première lecture comme la montée de la tension de l’homme qui ne supporte plus les ronfle­ments de son voisin. Les maisons de retraite ne sont pas cari­ca­tu­rées, elles appa­raissent dans leur dure réalité un lieu qui épargnent à ceux qui sont encore dans la vie la vue de ceux qui n’y sont plus !

On en parle

KrolAmeniKeisha.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation