Édition JC Lattès

lu dans le cadre du club de lecture de la médiathèque de Dinard

Il fallait vraiment le club de lecture pour m’amener à lire jusqu’au bout ce roman policier. Mes deux petits coquillages disent assez que cette lecture n’est pas pour moi. Suivre les recherches d’un ex-policier alcoolique complètement dévasté par la disparition de la femme qui a été son seul amour, à travers toutes les violences qui secouent régulièrement la Corse, ne m’a pas passionnée .

L’aspect le plus intéressant, c’est ce qu’on apprend sur les dessous des mouvements qui ont secoué la Corse depuis si longtemps. La république française ne sort pas grandie, tant de compromissions avec des truands, ce n’est pas agréable à lire, mais c’est très intéressant..

Pour l’intrigue policière, je vous la laisse découvrir moi, ça me fatigue vraiment, surtout après avoir lu 379 pages avec un homme à moitié ivre la plupart du temps , et avec des hommes et des femmes qui n’hésitent pas à tirer ou à torturer pour obtenir ce qu’ils veulent. Le tout sous l’amoncellement d’ordures car le roman se situe à un moment où les éboueurs étaient en grève.

Surtout si vous aimez les romans policiers ne vous arrêtez pas à mon avis je ne suis vraiment pas la bonne personne pour en parler.

 

Citations

Les nationalistes corses.

Fabien ne put s’empêcher de dire tout le mal qu’il pensait de l’an IV du pouvoir nationaliste à l’assemblée de Corse, à quoi Marie-Thé sans se montrer pour autant convaincue du changement, rétorqua que les natios présentaient cet avantage sur leurs prédécesseurs de ne pas s’en mettre plein les poches. Le ton monta lorsque Fabien se mit à ricaner, prétextant que la seule vraie différence entre les élus nationalistes et ceux des partis politiques traditionnels qu’ils persistait à appeler les clanistes » comme au temps de son militantisme, tenait au fait que ces derniers ne prétendaient pas agir au nom du peuple corse lorsqu’ils mentaient et trafiquaient les marchés publics. 

 

Humour.

– Madame Cinquini, veuve Acquatella, si ça ne vous dérange pas, dit la vieille dame après un moment 
– toutes mes condoléances.
– S’il s’agit d’un trait d’humour, il tombe à plat. Et si vos condoléances sont sincères, elles arrivent un peu tard : Ambroise Aquatella, receveur principal des postes, est mort d’une mauvais chute le 12 du mois de novembre 1887. Avant cet imprévu, il m’a mené une vie impossible pendant trente-trois ans. Je ne l’ai pas regretté.

 Humour un peu lourd non ?

Il avait fallu moins d’une heure pour voir la petite routes déserte s’animer. Le premiers à arriver sur place avait été le maire du village, poussé par l’instinct propre à cette espèce particulière de mammifère à l’écharpe tricolore qui leur permet de détecter le moindre intrus sur le territoire de leur commune et à des kilomètres à la ronde. Petit et gros, hein regard de bedeau derrière des culs de bouteille, il avait garé son utilitaire Peugeot de manière à barrer la route à la saxo.

 

Édition Grasset

Metin Arditi est un auteur dont j’aime lire les romans sans être totalement enthousiaste, après « loin des bras » « Prince d’orchestre » et « L’enfant qui mesurait le monde » voici donc « Tu seras mon père ».

Arditi connaît très bien les pensions suisses, celles où sont élevées les enfants de milieu, très, très, riches et qui sont souvent des jeunes malheureux qui se sentent abandonnés. Ce n’est pas le thème principal du roman, le thème principal c’est le pardon. Peut-on tout pardonner et comment y arriver.

Le sujet est bien traité, mais de façon trop romanesque pour moi, cette question reste très intéressante. Et après avoir refermé ce roman, elel m’a trotté dans la tête pendant longtemps.

Il s’agit de savoir si un enfant dont le père a été victime des Brigades Rouges, en 1978, peut pardonner au principal instigateur de ce crime. Pour que le roman soit « vraisemblable » le père de l’enfant, le principal fabriquant de glace d’Italie, n’a pas été assassiné par ses geôliers mais s’est suicidé quelques temps après. L’homme à qui il doit pardonner n’a pas été celui qui l’a enlevé mais celui qui l’avait désigné à ses ravisseurs.

Onze ans plus tard, Renato, l’enfant devenu jeune adolescent retrouve cet homme, Paolo, comme professeur de théâtre dans une institution privée, un lien très fort se noue entre eux. On imagine le drame lorsqu’il découvrira la vérité .

Enfin, une dernier ressort romanesque, autour d’une professeure de danse qui aiment à la fois Renato et Paolo.
Je crains d’en dire plus pour les ceux et celles qui ne veulent pas connaître la fin d’un roman avant de le commencer.

La question essentielle reste entière peut-on pardonner ? Cette question s’est trouvé être posée en France où des anciens « Brigades rouges » avaient refait leur vie.

Metin Arditi a beau insister sur le côté sordide de l’exploitation ouvrière en Italie, cela n’empêche que rien ne justifie le meurtre d’un centaine de personnes. Il faudra l’assassinat du président du parti démocrate chrétien Aldo Moro pour que l’ensemble de la classe politique se retourne complètement contre ces assassins.
J’ai eu, comme d’habitude, plaisir à lire ce roman de Metin Arditi qui m’a remis en mémoire les heures sombres de l’Italie, j’ai apprécié la question posée : peut-on tout pardonner, mais le côte trop romanesque ne m’a pas séduite.

Citation

Pirandello au service du roman.

 Le garçon qui jouait le commissaire sortit de sa poche une feuille de papier et la tendit à Paolo. celui-ci la parcourut, les mains tremblantes. 
Laudisi :
–  » Le doute est toujours flagrant. Puis-je vous suggérer une façon de rendre service à la population ?
Maintenant, il criait presque :
– Détruisez ce demi-feuille avec ne prouve rien ! Et sur l’autre moitié écrivez autre chose !
 Paolo crachait son texte. Sur scène les élèves le regardaient éberlués. 
– Pour rendre sa tranquillité à tout un pays Vous comprenez ? À tout un pays !
Les derniers mots n’étaient pas dans le texte. Il s’arrêta et resta sur scène les yeux fermés immobile autour de lui personne ne bougea.
Il essaya de sourire, ce fut une grimace.