SONY DSC 4
Enfin un peu de légè­reté dans mon blog, et en plus une BD que j’ai choi­sie toute seule sans mes amies et amis des blogs ni ma biblio­thé­caire préfé­rée. J’ai bien connu le monde univer­si­taire et j’ai côtoyé des thésards. Je retrouve dans cette BD bien des aspects de la vie univer­si­taires fran­çaise. Tout est frais et drôle dans cette BD et Tiphaine Rivière a du talent pour se moquer sans méchan­ceté d’elle même et des malheu­reuses et malheu­reux (nous sommes en lettres donc il y a moins d’hommes) embar­qués dans la même galère qu’elle.

Comme l’au­teure est honnête, on se sent quand même un peu triste de voir comment sont trai­tés les docto­rants dans les univer­si­tés de lettres. Entre leur faire faire des cours les moins grati­fiants et pas dans leur spécia­lité , très mal les payer et toujours à la fin du semestre, et les assom­mer de lectures plus ou moins en rapport avec leur sujet leur vie devient un enfer et ils perdent leurs amis, leur couple a bien du mal à résis­ter et la famille pose toujours les mêmes ques­tions. Tu en es où ? La thèse de lettre se mesure au nombre de livres que vous avez lus et que vous pouvez citer. Gare au candi­dat qui aura oublié de citer les œuvres d’un des membres du Jury…Et tout cela pour­quoi ? En gros fuir l’en­sei­gne­ment en collège.

Ce ne serait pas rendre justice au talent de cette auteure que de parler d’un ton sérieux de ce qu’elle a su nous dire en nous amusant. BD à offrir à tous les thésards amis de thésard et mari ou femme de thésards.

SONY DSCSONY DSCCitation

- ça va Augus­tin ?
– Ouais, je suis hyper content : j’ai une inter­ven­tion qui a été accep­tée à un colloque inter­na­tio­nal à Poitiers. Je pense que je vais bien faire bouger le monde de la ponc­tua­tion à la Renais­sance.