http://cdn-premiere.ladmedia.fr/var/premiere/storage/images/racine/film/il-etait-une-fois-en-anatolie-2658954/42776671-7-fre-FR/Il-etait-une-fois-en-Anatolie_fichefilm_imagesfilm.jpg

3
J’ai lu dans une critique que, vous aviez le choix pour ce film : soit la fasci­na­tion soit l’ennui. Je dois dire que j’ai été les deux à la fois : fasci­née par le quoti­dien de ces hommes dans un pays rude et terri­ble­ment ennuyeux.

Confron­tés à la mort violente, des hommes ressassent leur quoti­dien, c’est évidem­ment tragique et si triste. Toutes les critiques ont pensé à Dostoïevski en parti­cu­lier « les frères Kara­ma­zov » même notre trop bavard présen­ta­teur du film (car nous le savions pas, mais ce film était donné dans le cadre d’un ciné club : « Ciné-Malo) ». Ah ! Les ciné­philes en mal de public, sans l’intervention d’une spec­ta­trice il nous racon­tait même la fin, de peur, sans doute, qu’on ne la comprenne pas, son discours qui n’en finis­sait pas était à peu près insup­por­table de préten­tion et d’inutilité.

Le film n’a besoin d’aucune expli­ca­tion, et les spec­ta­teurs sont assez grands pour regar­der eux-mêmes les images ! Par contre, il aurait été judi­cieux de nous préve­nir de la lenteur du propos. Des plans qui durent à l’infini ne rendent pas la présence du person­nage plus palpable. Cela crée aussi l’ennuie. Je ne suis pas conquise par l’esthétisme de ce film, c’est trop insis­tant pour moi. Il faut avouer égale­ment que le présen­ta­teur m’avait bien agacée en me forçant à penser comme lui, je me devais penser à Vermeer lorsque la jeune fille éclai­rée à la bougie appa­rais­sait, à Dostoïevski lors de« la maïeu­tique » (oui notre ciné­phile avait du voca­bu­laire !) de l’aveu du présumé coupable. Un peu éner­vée, notre Luocine !

Par contre, je pense que c’est une bonne pein­ture de la Turquie inté­rieure, pays à fuir comme toutes les campagnes profondes, on s’y ennuie ferme ! Le mal de vivre y est encore plus terrible que dans les grandes métro­poles.

Une bonne critique

Le passeur critique et… une beau­coup moins bonne

La bande annonce

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation