http://ecx.images-amazon.com/images/I/51owS4--xDL._SL500_AA300_.jpg

2
Un titre très long et qui en dit beau­coup sur un tout petit roman d’une centaine de pages. Une fable philo­so­phique( ?) au sujet d’une femme chinoise qui aurait aimé avoir 10 enfants plutôt qu’un comme la Chine l’impose à tous ses citoyens. J’ai pris ce livre à la biblio­thèque, et j’ai passé une soirée en sa compa­gnie en me deman­dant pour­quoi l’auteur l’avait écrit.

On peut le prendre comme une aimable réflexion sur le trésor que repré­sente le deve­nir d’un enfant, on peut y lire aussi la violence faite aux Chinois depuis la révo­lu­tion commu­niste et son tissus d’horreurs et enfin l’adaptation sans nuance de ce grand pays à la moder­nité. Mais non, il faut y voir une illus­tra­tion de la pensée de Confu­cius , c’est sans doute pour cela qu’à mes oreilles ce livre sonnait aussi faux : j’ai toujours été peu convain­cue par les proverbes chinois qui me font rire plus que réflé­chir. Bref un très petit livre qui ne pas convain­cue sauf quelques moments comme la descrip­tion de l’usine de jouets.

Citations

Les enfants trop doués

A l’époque, monsieur, j’ignorais que les élus ne réus­sissent que l’extraordinaire et loupent l’ordinaire. Le don, c’est inéqui­table, autant pour ceux qui le reçoivent que pour ceux qui en manquent.

Une idée qui m’a plu

C’est l’imagination qui singu­la­rise, l’imagination qui arrache a la bana­lité, à la répé­ti­tion, à l’uniformité.

Proverbe chinois

L’expérience est une bougie qui n’éclaire que celui qui la tient.

Et une phrase qui pourrait être un proverbe

La vérité, c’est juste le mensonge qui vous plaît le plus.

On en parle

Quelqu’un qui a beau­coup aimé le cottage de Myrtille.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation