http://ecx.images-amazon.com/images/I/41gys-0bUgL._SL500_AA300_.jpg

3
J’ai lu il y a quelques mois ce roman et il fait partie de ma mauvaise conscience ! Pour­quoi n’ai-je pas écrit un texte sur Luocine ? Je l’ai bien aimé mais sans doute, sans passion.

Je rappelle l’histoire : une femme qui mène une vie ordi­naire gagne une super somme au Loto, elle ne le dit à personne en parti­cu­lier pas à son mari qui va finir par lui voler son argent et détruire tous ses rêves. Pour­quoi ce titre car elle essaie de dres­ser une liste de ce dont elle a vrai­ment envie . J’ai beau­coup aimé ces listes, je joue souvent à ça : je rêve d’une somme d’argent impor­tante et je n’ai pas plus d’imagination qu’elle. La seule diffé­rence c’est que je ne joue jamais, je rêve seule­ment. Résumé ainsi le livre semble sans inté­rêt mais il est plus que ça.

L’héroïne fait partie de ces femmes qui sont heureuses à travers les travaux de couture. Elle tient une merce­rie et peu à peu à travers un blog elle redonne le moral à d « autres femmes comme elles. On connaît tous ce style de femmes , elles ont en géné­ral des inté­rieurs très soignés et peuvent passer tout un après midi à choi­sir des galons pour agré­men­ter les robes de prin­cesse de leurs petites filles. Et c’est vrai que la blogo­sphère leur a redonné un certain tonus.

Le roman explore aussi les senti­ments mère fille d’une très jolie façon. Et enfin c’est aussi un roman d’amour. Un beau livre qui m’avait rendue heureuse le temps de la lecture dont je garde une bonne impres­sion.

Citations

La trahison

Je croyais que mon amour était une digue . Un infran­chis­sable barrage. Je n’avais pas imaginé que Jo, mon Jo , me vole­rait. Me trahi­rait. M’abandonnerait.
Qu’il détrui­rait ma vie.

Ce qu’elle a aimé dans sa vie

J’aimais les milliers d’Iseult de « dixdoigt­dor » . J « aimais leur gentillesse, calme et puis­sante ; régé­né­rante comme l’amour d’une mère . J’aimais cette commu­nauté de femmes nos vulné­ra­bi­li­tés, nos forces.

L’argent ne fait pas le bonheur

J’aimais profon­dé­ment ma vie et je sus à l’instant même où je le gagnais que cet argent allait tout abîmer , et pour quoi ?

On en parle

Beau­coup beau­coup, sur Babé­lio 204 critiques, et par exemple chez Kitty la mouette (soli­da­rité des oiseaux de mer !)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation