2
Flop ! Je n’ai pas été sensible à cette histoire d’amour. Ce roman fait partie de la longue, très longue liste des romans fran­çais qui raconte un si petit monde et une si petite histoire. Les critiques sont pour la plupart excellentes.

Citations

Je marche dans la nuit, je voudrais ne penser à rien, n’être qu’un corps qui marche, un corps en mouve­ment dans la ville endormie.

Dehors l’air est tendre. Tu marches à côté de moi, lente­ment. Nos pas s’accordent. Ils se sont toujours accordés.

On en parle

link

2
L’au­teur nous fait décou­vrir la famille de Roth­schild à travers le portrait de la baronne Betty peint par Ingres en 1848. C’est l’oc­ca­sion pour l’au­teur-histo­rien de faire revivre une époque et aussi de témoi­gner de l’an­ti­sé­mi­tisme fran­çais. Il s’amuse aussi à faire des bons mots et à répé­ter ceux qui ont fait sourire le tout-Paris de cette époque. Je n’ai pas trop aimé le livre mais il faut avouer que je n’ai que peu d’in­té­rêt pour la famille de Rothschild.

Citations

On croit toujours qu’on dispose de beau­coup de temps devant soi quand on se souvient qu’on en a beau­coup derrière

Funèbre, la pompe n’en est pas moins mondaine

Elle paraît en forme, preuve que la méchan­ceté conserve. On hési­te­rait à lui arra­cher son masque de crainte qu’il ne cache rien.

Au fond, si nous avions dû bannir les anti­sé­mites de nos maisons, dîners et bals auraient eu lieu en petit comité.

… ne pas oublier que les gens ne vous pardon­ne­ront jamais le bien que vous leur avez fait. C’est là une constante de la loi d’in­gra­ti­tude… Un bien­fait ne reste jamais impuni

… elle lui lança « Monsieur vous êtes ivre » qui se voulait cinglant, à quoi il répli­qua aussi­tôt d’un ton placide : « et vous madame, vous êtes laide, mais moi au moins demain je serai sobre »

Mais en vérité les Anglais ne sont pas froids ils sont lents. Il leur faut plus de temps qu’aux autres pour ressen­tir la même chose qu’eux. L’An­glais est ému à retardement.

Traduit de l’al­le­mand par Cathe­rine Barret.
2
J’ai commencé ce livre en étant persuadé que j’allais m’amuser, l’his­toire des réin­car­na­tions succes­sives ça me plai­sait bien : pas de chance je me suis un peu ennuyée, pas au point d’arrêter le livre mais je l’ai lu sans passion. Je pense que si ce livre a eu autant de succès en Alle­magne, c’est qu’il doit avoir des effets de langue qui dispa­raissent à la traduc­tion. Sinon qu’un Alle­mand construise tout un livre sur le regret qu’une femme peut éprou­ver à ne pas avoir été assez présente pour son enfant, ne me surprend pas, mais ne me passionne pas. Je pense que ce genre de livre ne doit pas contri­buer à réduire ce para­doxe : l’Allemagne est le pays où on est le plus persuadé que rien ne remplace la présence de la mère auprès d’un enfant jusqu’à 4 ou 5 ans et en même temps celui où le taux de fécon­dité est le plus bas.
Pour ce qui est des mœurs de l’audiovisuel, on n’apprend vrai­ment pas grand-chose !