http://ecx.images-amazon.com/images/I/51wusHG60qL._BO2,204,203,200_PIsitb-sticker-arrow-click,TopRight,35,-76_AA300_SH20_OU08_.jpg

Traduit de l’an­glais (Etats-Unis) par Laurence BOUVARD

5
J’ai un petit fils qui aime lire et cela me donne l’oc­ca­sion de revi­si­ter les librai­ries rayon enfant. Une libraire m’a conseillé ce roman. J’ai pour habi­tude de lire les livres que j’offre aux enfants. La raison offi­cielle c’est pour mieux en discu­ter avec eux, mais la raison profonde c’est qu’il m’ar­rive d’éprou­ver un vif plai­sir. (Si j’ai lu tous les Harry Potter ce n’est pas unique­ment pour les offrir aux enfants !). J’ai toujours pensé qu’un bon livre pour enfant était celui où adulte et enfants se retrou­vaient. Évidem­ment pas au même niveau de lecture mais dans le plai­sir du texte.

Depuis les fables de La Fontaine au « Petit Prince » la liste est courte mais signi­fi­ca­tive. Le dernier en date que Jules a plébis­cité (et que j’ai beau­coup aimé égale­ment), c’est « Char­lie et la choco­la­te­rie » de Roald Dahl. Grâce à ce titre, la libraire a pensé à celui-ci. La première chose qui m » a séduite ce sont les images. Et atten­tion, les images ne sont pas que des illus­tra­tions mais elles sont aussi char­gées de racon­ter une partie de l’his­toire en parti­cu­lier celle qui concerne la petite Vanille.

C « est donc, l’his­toire de deux petites sœurs, Céleste l’aînée et Vanille la petite, qui s’aiment très forts, elles ont des parents si odieux qu’ils aban­donnent sur l’au­to­route la plus petite qui rit trop fort. Comme vous le voyez,ce n’est pas une histoire à l’eau de rose ! La plus grande se réfu­gie dans le monde des rêves pour retrou­ver sa petite sœur , mais elle va être rattra­pée par la « BMSR ».

Vous ne connais­sez pas la « BSMR » ? moi non plus avant de lire cette histoire, que je ne veux pas vous résu­mer (lisez-ce livre). Sachez simple­ment que cela à voir avec un orga­nisme qui surveille chez chacun l’équi­libre entre les souve­nirs et les rêves. On va suivre les efforts de Céleste qui veut abso­lu­ment retrou­ver Vanille et qui doit pour cela déjouer les plans de certains adultes, comment faire confiance aux grands quand on a été si lour­de­ment trahi par ses parents ?

Le dessi­na­teur est tout simple­ment génial et permet de suivre cette histoire un peu compli­quée entre les gardiens des rêves qui font du bien et les gardiens des souve­nirs qui font souf­frir. Je me demande quelle est la réac­tion des enfants face à cette histoire dont la fin me semble obscure, il n » y a pas un retour au réel qui moi m’aurait fait du bien mais les plus jeunes sont parfois moins ration­nels que nous .

Je ne sais pas encore ce que Jules en pensera et je complé­te­rais mon billet quand il m’aura donné son opinion.

Citation

Person­nel­le­ment , je consi­dère tous les souve­nirs comme suspects, soupire Violette en secouant la tête. Certains laissent une empreinte plus profonde que d’autres, mais ‑que veux tu ?- la mémoire est capri­cieuse : on ne se rappelle jamais les choses avec exac­ti­tude. En ce qui nous concerne, nous ne faisons pas ce genre de distinc­tions arbi­traires : tous les rêves sont les bien­ve­nus dans notre royaume.

Je n’ai pas trouvé (encore) de blogs où on en parlait.