http://ecx.images-amazon.com/images/I/31rClg%2BesqL._SL500_AA300_.jpg

1
Dans le cadre du Club de lecture. Où comment perdre le goût de la lecture… Ce livre est pédant ne raconte rien sinon l’assurance qu’à cet auteur d’être un véri­table écri­vain. Le livre est truffé de mots savants sans aucun inté­rêt. On devient peut-être écri­vain quand on appelle « drupes » les « necta­rines » ?

Le monde dans lequel il évolue est triste car il ne voit que les côtés tristes des situa­tions. L’auteur ne se donne qu’une seule qualité, celle d’être un auteur. Évidem­ment sa famille ne comprend pas pour­quoi il n’écrit pas comme Coehlo ou Marc Lévy, car il n’est entouré que de gens médiocres qui n’ont pas le bon goût de l’apprécier. J’ai demandé à ma biblio­thé­caire préfé­rée pour­quoi ce livre était au programme de notre club.

Sa réponse m’a lais­sée rêveuse :

Je n’ai lu aucune critique néga­tive sur ce livre, qui a plutôt une bonne presse. Je voulais savoir comment vous réagi­riez.

Je suis de plus en plus sûre que les critiques offi­ciels dans la presse ne lisent pas les livres dont ils parlent. Celui-là, fran­che­ment il peut partir aux oubliettes !

Citations

Description du personnage avec au passage un petit mot savant

Malgré mes ridi­cules désor­mais confir­mées, ma cani­tie galo­pante, mon teint jaunis­sant, le lent émous­se­ment de mes dents, le ternis­se­ment de mon regard , l’assèchement de mes joues et le rabou­gris­se­ment géné­ral de ma silhouette, je n’avais pas l’impression d’avoir tant changé que cela depuis mes vingt ans.

On en parle

Voilà quelqu’un qui a aimé : Brica­book

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation