SONY DSCLu dans le cadre du club de lecture de la média­thèque de Dinard
3
Livre très éton­nant qui, parfois, est très éner­vant et parfois très passion­nant, et très amusant , bref il est très, très, très .… Je pense que sans le club, je ne serais pas allée jusqu’au bout, Or, cela aurait été vrai­ment dommage car j’ai eu parfois de véri­tables moments de bonheur. Avant d’es­sayer de vous expli­quer, je vous raconte mon premier éner­ve­ment, cela ne concerne pas le roman mais la maison d’édi­tion. Acte Sud édite des livres petits formats que l’on doit tenir à deux mains si on veut les lire, car sinon ils se ferment, ça m’énerve beau­coup.

SONY DSC

Je le tiens d’une main, pour la photo mais déjà il se referme et empêche la lecture.

Judith est une femme de plus de soixante dix ans, elle vient de perdre l’homme qu’elle aimait et souffre beau­coup de son absence. Elle vit à New-York et a une amie, Janet qui est plus âgée et qui a décidé de résis­ter à sa façon aux affronts de la déchéance physique de la vieillesse. Judith est fran­çaise et a fui sa mère, son frère, la France qui n’ont pas su la rete­nir quand elle avait 18 ans. Je ne peux en dire plus sur cette souf­france dévoi­lée seule­ment à la fin du roman. Mais plus que le dévoi­le­ment de cette meur­tris­sure, ce que j’ai beau­coup aimé dans le roman ce sont des courts de moments de vérité qui m’ont abso­lu­ment enchan­tée. Par exemple , la scène ou Judith regarde des cars entiers de touristes se préci­pi­ter vers le stand de glaces après leur visite de l’usine Ben et Jerry est abso­lu­ment jouis­sive. Puis son regard s’ar­rête sur un couple discret qui attend sage­ment son tour pour avoir enfin le droit de profi­ter de ce qui semble la récom­pense suprême de cette visite : ache­ter leur cornet Ben et Jerry, surgit alors leur dragon de guide qui leur intime l’ordre de remon­ter immé­dia­te­ment dans leur car sans leur glace…

Tout ce voyage en car d’excursionnistes sous la houlette d’une guide peu patiente est criant de vérité. Judith finira par faire un rêve où elle s’ima­gine au para­dis mais celui-ci a la forme du plus grand Mall dans lequel elle ne soit jamais allée. L’autre moment que j’ai aimé c’est quand les deux amies se souviennent , l’une de l’odeur du café, l’autre du rimmel et puis soudain se retrouvent dans un souve­nir commun, elles étaient unies dans un même spec­tacle de théâtre, l’une a sans doute habillée l’autre. Et pour­tant, elles ne s’étaient pas recon­nues.

Alors un très bon roman ? (qui en plus s’ac­com­pagne de la lecture de Céline). « Le bout de la nuit » de Judith , c’est dans sa jeunesse qu’il faut la cher­cher. Cette quête rend le livre lourd et labo­rieux, il y a une lenteur qui en rend la lecture diffi­cile. C’est d’au­tant plus éton­nant, que le texte est comme parsemé de moments de plai­sir. Il se veut aussi et surtout une réflexion sur la vieillesse et le sort que l’on réserve aux vieux dans nos socié­tés. Peut-être que l’au­teur a voulu trop en dire , et en consé­quence de quoi son roman manque d’unité, on n’y retrouve pas le mouve­ment qui entraîne le lecteur à tour­ner de plus en plus vite les pages.

Citations

Le passage qui m’a fait accrocher au roman

Je n’ai rien contre les romans non plus, mais souvent je leur trouve un goût d’ar­ti­fice, je perçois le petit bruit de fond de leurs rouages ; on veut me conduire quelque part, à l’aveugle préten­du­ment, mais les décors et les acces­soires censés m’ai­guiller ont quelque chose d’ar­bi­traire, de falsi­fié.

Une phrase simple mais vraie

la jeunesse n’est jamais l’âge du doute mais de l’excès de certi­tudes.

La tenue des personnes âgées qui partent en excursion

Tous semblaient s’être donné le mot pour enfi­ler, ce matin-là, de simi­laires combi­nai­sons de jogging, en molle­ton mou, aussi seyantes qu’un pyjama, marquées pour certain du logo de leur marque de fabri­ca­tion, combi­nai­sons qui ne les flat­taient fran­che­ment pas et évoquaient l’uni­forme régle­men­taire d’une insti­tu­tion spécia­li­sée qui leur aurait accordé une auto­ri­sa­tion de sortie excep­tion­nelle.

Une définition de la vieillesse

Profi­ter, oui, pardon, j’étais arri­vée à l’âge où ma fonc­tion sociale était de profi­ter, y compris de la vacuité.

20160202_1131043
J’ose main­te­nant me prome­ner dans le rayon BD et en choi­sir une sans même avoir lu de critiques dans vos blogs ! Quelle révo­lu­tion, toute person­nelle (la révo­lu­tion !), et qui affecte surtout mes finances… mais non, cela me procure aussi beau­coup de plai­sirs. Ce n’est pas un sujet très gai que la dispa­ri­tion de ses parents, pas plus que le vieillis­se­ment, mais vous l’avez remar­qué entre « Mamette » et« Les vieux Four­neaux » je m’y inté­resse et le thème semble porteur. Vivrions-nous dans des socié­tés vieillis­santes ?

Roz Chast, raconte avec un humour et un réalisme éton­nant la vie de ses parents dans un quar­tier popu­laire de Brook­lyn, ils sont juifs d’ori­gine russe. Ce qui veut dire, qu’entre les pogroms et la Shoa, leurs familles respec­tives n’ont pas été épar­gnées. Mais là, n’est pas le sujet de ce roman graphique. Roz nous fait le portrait de ses parents , et c’est parfois à mourir de rire. Sa mère a un tempé­ra­ment explo­sif, et son père est gentil et déli­cat malheu­reu­se­ment c’est aussi un grand angoissé. Avec le grand âge, il est atteint de séni­lité et tout devient alors effroya­ble­ment compli­qué.

Roz Chast raconte très bien les diffi­cul­tés et le coût de la vieillesse aux USA, elle a réussi à ce que ses parents soient à peu près correc­te­ment pris en charge, mais il s’en est fallu de peu qu’elle ne puisse pas faire face finan­ciè­re­ment. Cette plon­gée dans le monde améri­cain qui n’est pas dans la misère mais qui a du mal à s’en sortir est vrai­ment inté­res­sante, tout cela raconté avec humour. Je pensais mettre cinq coquillages et n’avoir aucune réserve et puis les cinq pages finales me rendent mal à l’aise. Le livre se termine sur les dessins que Roz Chast a fait de sa mère sur son lit de mort. Je me suis sentie très mal tout à coup, sa mère meurt, elle est là avec elle et elle la dessine… bref je ne comprends pas et pire je suis un peu choquée. Dommage car le début et 99 % de ce roman graphique sont si bien.

20160202_113048