18 Thoughts on “Clin d’oeil : les méfaits du livre de poche

  1. Je connais­sais , et je m’in­ter­roge toujours;..
    Et qu’est devenu ce type, depuis le temps ?

    • Et crois tu qu’on puisse trou­ver quel­qu’un qui parle encore comme ça ? Et imagine ce qu’il pour­rait dire sur toutes ces folles et de rares fous qui se permettent de juger des livres sur leurs blogs . Je me suis posé la même ques­tion , où est ce monsieur ? j’ai­me­rais parler avec lui , mais bien sûr il ne vient pas sur les blogs.

  2. Incroyable ! Quelle belle trou­vaille, merci de l’avoir partagée.

  3. je crois qu’il y a encore des gens qui pensent cela mais ils n’osent plus le dire publiquement

    • Déjà qu’ils n’osent plus le dire publi­que­ment c’est une petite victoire. Sans s’ex­pri­mer de cette façon parfai­te­ment désuète, certains ne se gênent pas pour se gaus­ser des soit disant critiques litté­raires tenues par des blogueuses qui font de l’ombre aux vrais critiques écri­vant dans la presse. Alors qu’on sait que ces dits critiques ne lisent pas toujours les livres dont ils parlent.

  4. Quelle trou­vaille !!! C’est incroyable ce truc ! Merci pour le partage.

  5. et j’es­père faire sourire tout le monde !

  6. Mais d’où il sort celui-là avec son accent pédant ?? Très drôle avec le recul. J’ai­me­rais savoir ce qu’il met derrière « les gens », je sens qu’on aurait encore plus rigolé.

    • il est quand même à mourir de rire, et oui 1964 , c’était autrefois.
      Mon petit fils m’a un jour demandé si j’avais connu Jeanne d’Arc ! J’au­rais pu dire non, mais quel­qu’un qui trou­vait que les livres de poche c’était « MÂL »

  7. Brize on 15 octobre 2015 at 14:14 said:

    Ah ! Ah ! Ah !
    Eh bien, on est ravis d’avoir acquis « le droit de mépris », mon cher ! … et on ne s’en sert que très rare­ment, en fait (voire jamais) !

  8. Bonjour Luocine,
    A mon avis, c’est un écri­vain raté qui a dû essayer des sarcasmes et des refus de gens qu’il consi­dère comme inca­pable de juger un livre. Merci pour ces 42 secondes impres­sion­nantes. Bonne après-midi.

  9. Un type dange­reux, l’éli­tiste n’aime pas les gens. L’ac­cès à la culture pour lui seul ? Qu’en dirait Sartre ?

    • C’est vrai que son exemple était parti­cu­liè­re­ment mal choisi , mais qui aurait-il prendre ? Fran­çois René de Chateau­briand ? Et je n’en suis même pas sûre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation