Traduit de l’an­glais (États-Unis) par Laura Derajinski.
5
Connais­sez- vous beau­coup de libraires qui vous promettent de vous rembour­ser le livre s’il ne vous plaît pas ? Mon libraire l’a fait, mais il ne me le rembour­sera pas , car le trajet Paris Saint-Malo m’a semblé si court, la campagne bien petite et les vaches trop paisibles grâce à ce livre.
J’ai pensé à Une année à la campagne – Sue HUBELL. Cette fois c’est un homme qui se retrouve seul et au lieu d’éle­ver des abeilles, ils se lancent dans l’éle­vage des bisons, c’est plus mascu­lin ! J’ai beau­coup appris sur les grandes plaines améri­caines et les grands espaces font toujours un peu rêver.
L’éle­vage de bovins sur ces terres semble une bien mauvaise solu­tion, pour les paysans qui ne s’en sortent jamais, et pour les sols détruits par l’élevage. Les bisons sauvages vivaient sur ces terres et sont adap­tés à ce milieu.J’ai souri aux réflexions de son voisin Indien (40 kilo­mètres plus loin !), et à ses diffi­cul­tés devant deux adoles­cents qui préfèrent la télé­vi­sion à l’ef­fort physique.

Citations

Depuis que les vaches ont été implan­tées dans les Grandes Plaines du Nord, elles ont consommé le patu­rage de façon anor​male​.Et là j’ai compris ce qui clochait avec les vaches. Ce n’est pas qu’elle aient un problème. C’est juste qu’ici, sur les Grandes Plaines, elles ont l’air d’ëtre peintes sur le paysage, ne pour­ront jamais en faire partie. Elles sont comme une sorte de touriste ongulé et, à les élever, je me sentais comme un guide qui passe­rait son temps à traduire les menus et à indi­quer les toilettes.

La nour­ri­ture et l’in­dus­trie c’est un peu une alliance contre nature.

Les Indiens ont attendu long­temps pour voir les bisons de l’homme blanc sur leurs terres…

À mon grand éton­ne­ment, ils arri­vaient à regar­der les mêmes films indé­fi­ni­ment. frus­tré, je me suis tourné vers Jill, qui avait élevé un ado et survécu à l’épreuve.

On en parle

Site pour en savoir plus sur les bisons de Dan O’Brien et ache­ter de la viande : link.

Traduit de l’an­glais (États-Unis ) par William Olivier Desmond.

3
Toujours au programme du club de lecture, en géné­ral j’évite les romans poli­ciers. Je sais qu’ils sont bien choi­sis, mais ce n’est pas ma lecture préfé­rée. J’ai lu sans déplai­sir celui-là et j’ai été inté­res­sée par la descrip­tion de Venise, loin des clichés habi­tuels Venise dans ce roman, est une ville grise, humide et froide.

Un meurtre d’un vendeur à la sauvette, à Venise permet de comprendre le monde des émigrés afri­cains. C’est triste et sûre­ment proche de la réalité On se surprend à déses­pé­rer de notre monde ! L’écrivaine est améri­caine, elle n’est pas tendre pour ses compa­triotes. J’ai appré­cié, égale­ment, la façon dont elle parle de l’incohérence de l’adolescente qui dit du meurtre (au grand scan­dale de sa mère). « C’est seule­ment un vu comprà (un noir) » et qui pour­tant n’est pas aussi raciste que le pense sa mère.

J’ai aimé la descrip­tion de la nour­ri­ture en Italie. Et fina­le­ment avec tout ça j’ai voulu connaître le dénoue­ment qui est aussi abomi­nable que la réalité de l’Angola. Pauvre Afrique !

Citations

Ils ne pouvaient être qu’américains. Les cheveux blancs tous les deux, ils donnaient l’impression d’avoir échangé leurs vête­ments. La femme était habillée d’une chemise écos­saise en flanelle et d’épais panta­lon de laine, tandis que l’homme avait enfilé un chan­dail rose à col en V, des panta­lons et des chaus­sures de tennis blanches. Ils avaient appa­rem­ment sinon le même coif­feur, du moins la même coupe de cheveux. On avait envie de que ceux de la femme étaient juste un peu moins courts.

Il se deman­dait si le senti­men­ta­lisme de quatre sous de la télé­vi­sion et du cinéma n’avait pas provo­qué, dans cette géné­ra­tion, une sorte de choc insu­li­nique qui étouf­fait en eux toute possi­bi­lité d’éprouver de l’empathie vis-à-vis des peu ragou­tantes victimes de la vie réelle.

De même, une fois qu’une infor­ma­tion était stockée dans un ordi­na­teur, on avait l’impression que rien ne pouvait la suppri­mer, sinon la destruc­tion maté­rielle complète du disque dur.

On en parle

link.

Traduit de l’an­glais (États-Unis) par Anne Rabinovitch.

5
Ce livre est un petit chef d’œuvre roma­nesque. Il mêle une enquête passion­nante autour du sauve­tage d’un livre précieux : un livre de prière juive,une Hagga­dah. Le point de départ est vrai la Hagga­dah de Sara­jevo existe et ce sont des lettrés musul­mans qui ont sauvé ce livre juif des incen­dies dus à la guerre. Expli­quant comment des scien­ti­fiques arrivent à remon­ter dans le temps grâce à d’infimes traces lais­sées dans les parche­mins, la roman­cière imagine des histoires plau­sibles autour de ce livre. Chaque moment où elle s’arrête sont autant de moments d » into­lé­rance et de violence abso­lus, les gens et les livres se retrou­vaient sur des bûchers.

En même temps on suit l’histoire person­nelle d’Hanna la jeune Austra­lienne, person­nage touchant et telle­ment vivante. J’ai relu ce livre, car il est en compé­ti­tion pour notre « coup cœur des coups de cœur de 2008 » dans notre club de lecture. Je sais que la construc­tion du roman : l’intrigue coupée par des retours dans l’histoire, n’a pas plu à tout le monde. Moi, ça m’enchante litté­ra­le­ment. Je trouve que Géral­dine Brooks à écrit un hymne à l’esprit de tolé­rance et donne foi en l’homme. Même quand l’humanité est au bord de se détruire, des « justes » en géné­ral des lettrés arrivent à ne pas se conduire en barbares.

Citations

Tu es restée dans ton joli appar­te­ment pendant toute notre guerre et tu nous as regar­dés crever sur ton écran de télé. Et tu t’es dit « Quelle horreur ! » et ensuite tu es allée te prépa­rer une autre tasse de café.

- Mais comment le roi et la reine ont-ils pu faire une chose pareille ? C’est l’argent des Juifs, ou du moins l’argent collecté par les Juifs, qui leur assuré la victoire sur les Maures !
– Nous avons été dépouillés mon frère. Et main­te­nant, comme une vache qui ne donne plus de lait, on nous envoie à l’abattoir.

En Angle­terre, le monde de l’art est un aimant absolu pour les fils cadets de lords appau­vris, ou pour les femmes du nom d’Annabelle Quelque-Chose-tiret-Quelque-Chose qui s’habillent en cale­çons noirs et cache­mires orange foncé et sentent vague­ment le labra­dor mouillé.

On en parle

link.

Traduit de l’an­glais (États-Unis) par Josée Kamoun.

5
Livre éton­nant, boule­ver­sant qui ne vous lâche pas une fois que vous êtes entré dedans. Les person­nages vous hante­ront long­temps après avoir refermé le livre, un peu comme ceux de : Le temps où nous chan­tions de Richard Powers. On y retrouve le problème du métis­sage aux USA. Ici le person­nage prin­ci­pal a décidé de se faire passer pour blanc et réussi une carrière univer­si­taire presque parfaite. Un jour, il prononce un mot malheu­reux « zombie » pour parler d’étudiants qui se révèlent être noirs et le « poli­ti­que­ment correct » va l’obliger à démissionner.

Philip Roth n’épargne dans ce roman, ni le manque de courage de ses collègues univer­si­taires, ni la culture fran­çaise, mise à mal à travers une norma­lienne frus­trée qui sera à l’origine de sa perte, ni la pudi­bon­de­rie améri­caine sous la prési­dence de Clin­ton. J’ai pour­tant failli passer à côté de ce roman, à cause du style, les accu­mu­la­tions de mots, le four­mille­ment des idées me fati­guaient, et j’ai commencé à tour­ner trop vite les pages. J’en ai repris la lecture de façon atten­tive et en ralen­tis­sant mon rythme de lecture. Plus l’auteur allait vite, plus je lisais lente­ment et le charme a joué : j’ai passé huit jours complè­te­ment ailleurs dans les trans­ports pari­siens, grâce à ce livre.

Citations

Cet été là, chacun ne pensait plus qu’au sexe du président : la vie, dans toute son impu­reté impu­dente, confon­dait encore une fois l’Amérique.

Mais en Amérique en géné­ral ce fut l’été du mara­thon de la tartuf­fe­rie : le spectre du terro­risme qui avait remplacé celui du commu­nisme comme menace majeure pour la sécu­rité du pays, lais­sait place au spectre de la turlute.

Seule­ment le danger avec la haine, c’est que quand on commence il en monte cent fois plus qu’on en aurait voulu. Je ne connais rien de plus diffi­cile à brider que la haine. Il est plus facile de renon­cer à la bouteille que de jugu­ler la haine, et ça n’est pas peu dire.

La boutique d’an­ti­quité mori­bonde, le restau­rant infâme, l’épi­ce­rie de survie, le débit de bois­son cambrou­sard, le coif­feur péque­not, la maga­sin de vête­ments pour homme d’un autre âge, la librai­rie au fond étique, la phar­ma­cie mal éclai­rée, le salon de thé cucul, la taverne dépri­mante, le marchand de jour­naux sans jour­naux, la boutique de magie énig­ma­tique et vide – tous avaient cédé la place à des établis­se­ments où l’on pouvait manger conve­na­ble­ment, boire un bon café, ache­ter des médi­ca­ments sur ordon­nance, trou­ver une bonne bouteille, un livre trai­tant d’autre chose que des Berk­shires, et faire des achats vesti­men­taires qui ne se limitent pas à des cale­çons bien logs bien chauds pour l’hiver.

On en parle

link.

Traduit de l’an­glais (États-Unis) par Nico­las Richard.

5Atten­tion, chef d’œuvre ! Ne soyez pas rebuté par les 760 pages, ni par les réfé­rences aux tech­niques musi­cales, ni par les expli­ca­tions sur la rela­ti­vité. Vous serez emporté par ce roman, vous compren­drez ce que le racisme repré­sente de violence,de souf­france et d’humiliation pour toute une nation. Vous reli­rez l’histoire des Etats-Unis à la lumière des crimes raciaux et des émeutes qui finirent par en découler.

L’histoire de cette famille est boule­ver­sante, j’ai passé de longues heures avec Délia, David, Jonah, Joseph et Ruth Strom, en espé­rant que les idéaux des parents, et la musique puissent triom­pher de la haine ! Seul reproche : j’aurais aimé avoir des notes en bas de page mon incul­ture améri­caine m’a obli­gée à consul­ter très souvent Wiki­pé­dia : je ne connais­sais pas o’fay,Ashan, Movie­tone, Sol Hurok , FRA etc.

Merci Fran­çoise de m’avoir offert ce cadeau qui a enchanté le début du mois de septembre 2009.

Citations

Les trois-quarts de tous les Noirs améri­cains ont du sang blanc – et la plupart d’entre eux ne l’ont pas choisi.

« Votre temps est plus lent que le mien. Le mien est plus lent que le vôtre. La raison en perd la raison.
– Oui ! » L’homme s’esclaffe. « Ça aussi c’est vrai ! Mais seule­ment parce que notre raison a été créée à des vitesses plus lentes. »

Lors de ces pénibles après-midi où Jonah et moi sommes bannis de la maison ……Nous restons allon­gés jusqu’au jour où nos cama­rades recréent la chute de Berlin en nous incen­diant. Après cela, pendant long­temps, nous avons eu le droit de rester à la maison.

Était-il possible qu’il exis­tât des Blancs qui, fina­le­ment, ne la détestent pas d’emblée pour l’impossible pardon qu’ils atten­daient d’elle ?

L’oiseau peut aimer le pois­son unique­ment pour l’étonnement qu’ils éprouvent en filant de concert vers l’inconnu.

La plupart des audi­teurs ignorent combien il est plus diffi­cile d’effleurer un son plutôt que de le marte­ler. Un démar­rage sur les chapeaux de roue fera toujours plus d’effet, sur scène, qu’un légato, plus diffi­cile à tenir.

Elle aime­rait marcher dans la rue avec son mari sans avoir à jouer la domes­tique. Elle aime­rait pouvoir lui prendre le bras en public. Elle aime­rait qu’ils puissent aller au cinéma ensemble, ou aller dîner quelque part, sans se faire expul­ser comme des malo­trus. Elle aime­rait pouvoir asseoir son bébé sur ses épaules, l’emmener faire les courses sans que pour autant tout le maga­sin en soit pétri­fié. Elle aime­rait pouvoir rentrer à la maison sans être couverte de venin. Cela n’arrivera pas de son vivant. Mais il faudra bien que cela se produise du vivant de son fils. La rage l’agrippe chaque fois qu’elle quitte la maison. Il n’y a que l’instinct mater­nel pour conte­nir cette rage.


Traduit de l’an­glais ( États Unis ) par Aline Azoulais.
4
Je ne sais pas pour­quoi, j’ai tardé à mettre sur mon blog ce livre qui a ravi mon été. J’en ai tant parlé autour de moi et son succès est tel, que je peux imagi­ner que tout le monde l’a lu. C’est un petit bijou , un vrai plai­sir de lecture. (Merci Michèle de me l’avoir conseillé). Dans ce un roman épis­to­laire, on suit les amours de la narra­trice, Juliet Asthon, et ses démê­lés avec le monde de l’édition. Cette femme a vécu la guerre à Londres et va se passion­ner pour Guer­ne­sey et une certaine Eliza­beth. Le livre nous permet de décou­vrir l’occupation alle­mande à Guer­ne­sey, je pense que peu de lecteurs connais­saient la souf­france des habi­tants de cette île.C’est un très bon roman. Un petit bémol : la dernière lettre et le happy-end. Le charme du livre tient au fait que chaque lettre révèle une person­na­lité diffé­rente. Certains person­nages sont très émou­vants et traversent de véri­tables tragé­dies, d’autres nous font sourire à cause de leur étroi­tesse d’es­prit. Pour l’ins­tant, tous ceux qui ont lu ce roman l’ont apprécié.

On en parle

De très nombreux sites en parlent, en voici un au hasard avec un juge­ment un peu moins posi­tif que le mien : http://​sybilline​.canal​blog​.com/​a​r​c​h​i​v​e​s​/​s​c​h​a​f​f​e​r​_​m​a​r​y​_​a​n​n​_​_​e​t​_​b​a​r​r​o​w​s​_​a​n​n​i​e​_​/​i​n​d​e​x​.​h​tml

Traduit de l’an­glais ( États Unis ) par Cécile Arnaud.
3
Récit des purges stali­niennes de 1934 à 1937. Le person­nage prin­ci­pal, Ossip Mandel­stam est arrêté pour avoir écrit un pamphlet contre Staline sous forme d’une ode. Le récit suit plusieurs person­nages qui ont, pour leur malheur, croisé ou partagé la vie du poète .C’est un livre éprou­vant comme souvent les livres décri­vant cette époque, la réalité est sans doute pire que le roman. C’est mieux d’avoir un bon moral avant de se plon­ger dans cette lecture. Je préfère toujours les témoi­gnages, ou les études histo­riques à la créa­tion roma­nesque sur des sujets si sensibles et pour lesquels ils existent encore des témoins vivants.

Citation

Étrange prière pronon­cée par la femme du poète avant de se rendre à une convo­ca­tion à la Loubianka.
Notre père qui êtes aux cieux
S’il a encore une muse et une érection
Faites que le soleil oublie tout simplement
De se lever demain matin
Amen

Traduit de l’an­glais par Valé­rie Le Plou­hi­nec (elle a dû bien s’amu­ser).
5
J’ai beau­coup, beau­coup ri et en même temps ce livre est tragique. Je ne suis pas complè­te­ment certaine que ce livre s’adresse à des adoles­cents. Il s’adresse aussi bien à des adultes qu’aux ados. On comprend le déses­poir absolu des indiens vivant dans les réserves, et en même temps on rit. C’est aussi la première fois que je lis des choses aussi crues sur le sexe sans que ce soit vulgaire. Le héros est un jeune indien qui est trop intel­li­gent pour rester dans l’école de la réserve indienne , mais qui en même temps va perdre toutes ses racines. La descrip­tion des réserves indiennes est sans doute plus proche de la réalité que les images que l’on se fait à travers les films améri­cains (hélas !).

Citations

Ouais abso­lu­ment, j’avoue que je me masturbe.
J’en suis fier.
Je suis doué.
Je suis ambidextre.
S’il exis­tait une Ligue des Mastur­ba­teurs Profes­sion­nels, je serai proclamé n°1 et je gagne­rai des millions de Dollars.
Et vous vous dites peut-être : « Écoute, vrai­ment, tu ne devrais pas parler de mastur­ba­tion en public. »
Et bien tant pis pour vous, je vais en parler parce que TOUT le MONDE le fait TOUT le MONDE aime ça.
Et si Dieu n’avait pas voulu qu’on se masturbe, Dieu ne nous aurait pas donné de pouces. Donc je rends grâce à Dieu pour mes pouces.
C’est nul d’être pauvre, et c’est nul d’avoir l’im­pres­sion que d’une certaine manière, on mérite de l’être. On se met à croire que si on est pauvre, c’est parce­qu’on est bête et moche. Ensuite, on se met à croire que si on est bête et moche, c’est parce qu’on est indien. Et parce qu’on est indien, on se met à croire qu’on est destiné à être pauvre. C’est un cercle vicieux et il n’y arien à y faire.
Traduit de l’an­glais (États Unis) par Jean­nine Hérisson.
5
J’ai tout simple­ment adoré ce livre, pour­tant je ne suis pas une passion­née de la nature, et l’auteur y raconte avec minu­tie ses obser­va­tions sur les plantes, les insectes et les animaux. Elle raconte très bien et au-delà de on sent tout les efforts qu’elle a dû faire pour vivre seule. Je la comprends trop bien : il a fallu qu’elle prenne racine. Au milieu des obser­va­tions animales on trouve des petites notes sur les humains et les humaines qui m’ont beau­coup touchée. En parti­cu­lier sur la soli­tude des femmes « d’un certain âge ».

Citations

Pendant ces douze années, j’ai appris qu’un arbre a besoin d’espace pour pous­ser, que les coyotes chantent près du ruis­seau en janvier, que je peux enfon­cer un clou dans du chêne seule­ment quand le bois est vert, que les abeilles en savent plus long que moi sur la fabri­ca­tion du miel, que l’amour peut deve­nir souf­france, et qu’il y a davan­tage de ques­tions que de réponses.

On en parle

http://​www​.rats​de​bi​blio​.net/​h​u​b​b​e​l​l​s​u​e​.​h​tml

Traduit de L’an­glais (États Unis) par Fran­çois Hirsch.

3
La ques­tion que je me pose : pour­quoi un auteur a‑t-il besoin d’imaginer une fin de vie sur terre aussi atroce ? Un père et un fils errent sur une terre déso­lée après une apoca­lypse. La nature est deve­nue hostile, les hommes sont pour la plupart des hordes de canni­bales. Le dialogue du père et du fils est poignant. Quelques para­graphes sur la beauté de notre monde sonnent comme autant de mises en garde de ce que nous risquons de perdre si nous détrui­sons notre seul bien commun à tous : la planète terre.

Ce livre m’a rendue triste et m’a mise très mal à l’aise, je ne peux pas dire que je l’ai appré­cié mais je n’ai pas pu le lâcher avant la fin.

Citations

Dilaogue père fils

- J’ai dit qu’on n’était pas en train de mourir. Je n’ai pas dit qu’on ne mour­rait pas de faim.
– Mais on ne mange­rait personne ?
– Non. Personne.
– Quoi qu’il arrive.
– Jamais. Quoi qu’il arrive.
– Parce qu’on est des gentils.
– Oui.
– Et qu’on porte le feu.
– Et qu’on porte le feu. Oui.
– D’accord

Fin du livre

Autre­fois il y avait des truites de torrent dans les montagnes. On pouvait les voir immo­biles dres­sées dans le courant couleur d’ambre où les bordures blanches de leurs nageoires ondu­laient douce­ment au fil de l’eau. Elles avaient un parfum de mousse quand on les prenait dans la main. Lisses et musclées et élas­tiques. Sur leur dos il y avait des dessins en poin­tillé qui étaient des cartes du monde en son deve­nir. Des cartes et des laby­rinthes. D’une chose qu’on ne pour­rait pas refaire. Ni répa­rer. Dans les vals profonds qu’elles habi­taient toutes les choses étaient plus anciennes que l’homme et leur murmure était de mystère.