Édition l’école des Loisirs 

Illus­tré par Nico­las Pitz , traduit de l’espagnol(castillan) par Anne Cohen Beucher

J’ai hâte de racon­ter cette histoire abso­lu­ment merveilleuse à mon petit fils, il adore être plongé dans des histoires et celle là est merveilleuse car aussi palpi­tante que drôle. Jérôme avait bien raison, il appelle ce genre de trou­vaille « une pépite » et il est souvent rejoint par son acolyte Noukette. Un jeune Pirate, Feu-Follet est adopté dans la bande des terribles marins de Barra­cuda dont le nom seul résonne comme une menace terrible sur toutes les mers. Ils naviguent sur « La croix du Sud » à la recherche du trésor du plus terrible écumeur des mers disparu quand se passe cette histoire : le capi­taine Krane. Celui-ci a laissé un trésor qui rendrait riche pour toujours un équi­page entier de pirates. Ce qui n’est pas chose aisée car, comme on le sait, ils sont genre paniers percés les pirates.
Prêt pour l’aven­ture ? Ne trem­blez pas mous­saillon car si la mer est le lieu de tous les dangers c’est aussi le lieu d’aventures merveilleuses. Je ne peux vous dévoi­ler qu’une chose, le trésor en ques­tion est trouvé et c’est un … livre ! oui, vous avez bien lu , un livre pour des gaillards qui ne savent pas lire c’est une belle décep­tion. Mais lisez et faites lire ce roman car vous verrez que la lecture mène à tout. Et aussi à la richesse en espèce sonnante et trébu­chante !

Citations

la difficulté de la lecture et de l’écriture

Ajou­ter à cela le fait que Deux-Dents lui-même avez des connais­sances un peu, voire très, limi­tée sur le sujet… Souvent, il confon­dait des lettres, surtout le B et le P, du coup, au lieu de boulet, on lisait poulet. C’est pour ça que personne ne comprit ce que nous dit Éric le Belge, quand il nous lut, malade de nervo­sité et en prenant sur lui : « Le vieux canon­nier lançait sans arrêt des poulets. » Il se fâcha tout rouge quand Jacques le boiteux lui dit :.« Mais qu’est-ce que tu me chantes là ? Pour­quoi il passait son temps à balan­cer des poulets ? – Qu’est-ce que j’en sais ? Répon­dit-le Belge. Je ne l’ai pas écrit. Je ne fais que le lire. 

Illettrisme vaincu et les mauvaises surprises

Évidem­ment, il n’y eut pas que des bonnes nouvelles. Aller deman­der à ce pauvre Jack le Boiteux, qui vivait convaincu qu’un chaman amazo­nien lui avait tatoué sur le bras droit, sous le dessin d’un jaguar, la devise « Féro­cité et Courage » , jusqu’à ce qu’il puisse déchif­frer lui-même qu’en réalité il y avait écrit. « Adorable chaton ». Vous n’ima­gi­nez pas les plai­san­te­ries qu’il dut suppor­ter à partir de ce moment-là. Il pensa même se couper le bras, mais nous réus­sîmes à le convaincre qu’il lui manquait déjà une jambe, et que cela faisait beau­coup de membres en moins pour une même personne.