J’ai racon­tés tous les soirs, cet été, les trois albums de loup gris. Merci à leurs auteurs Gilles Bizouerne et Ronan Badel

Arthur adore les trois albums. Il est inca­pable de vous dire celui qu’il préfère. Il connaît certaines phrases par cœur et vous explique très bien ce que veut dire « évanoui ». Il n’a pas du tout peur de Loup gris « le plus beau le plus costaud », il le trouve même un peu bête. Et comme pour loup gris, on a beau­coup de mal à savoir si Arthur dit « chef » ou « Sef » alors il comprend très bien que l’on peut zeuzeu­ter « un peu », mais manger une mouche (une mousse ») ça jamais ! Son passage préféré ? quand le chien mange la queue du loup et les pages d’après, celles où on voit le loup courir avec un moignon de queue : cet âge est char­mant !

J’ai pris beau­coup de plai­sir à racon­ter ces histoires car on peur faire des effets de voix et c’est vrai­ment très drôle pour un adulte aussi, les dessins sont parfaits.

Comme le goût des loups était bien installé j’ai rajouté

« les quatre loups » de Alain Gaus­sel et Caro­line d’All Ava

Le problème de cet album c’est qu’il y a » le loup de la nuit » qui fait peur, donc Arthur écoute cette histoire avec son épée et menace le loup si par hasard celui-ci ne se tenait pas tran­quille. Il aime beau­coup ce petit garçon qui n’a pas peur des loups et d’ailleurs au zoo de la Bour­ban­sais, il voulait surtout voir les loups et véri­fier la taille de leurs grandes dents. C’est une histoire bien écrite pour être racon­tée à voix haute et qui a un rythme de conte poétique. Je n’ap­pré­cie pas trop les dessins mais ils plaisent beau­coup à Arthur.

Encore un loup, et quel Loup !

Mordi­cus un jour, Mordi­cus toujours Didier Levy et Marie Novion

Encore un loup et quel loup ; Le plus féroce de tous les loups : Mordi­cus. Donc, quand l’épi­cière dispa­raît, ce n’est pas très compli­qué de cher­cher qui a fait le coup. Tout le monde en est bien persuadé cela ne peut être que Mordi­cus. Et cela rend très triste Félix son arrière petit fils qui aime beau­coup son arrière grand-père. Je vais divul­gâ­cher la fin pour que tout le monde puisse racon­ter cette histoire si Mordi­cus aime dire qu’il est méchant il ne l’est pas tant que ça.

Arthur a un peu de mal à comprendre pour­quoi il n’a pas mangé l’épi­cière mais il adore cette histoire. Moi, j’aime beau­coup les dessins et j’aime faire la voix chan­tée, je trouve la leçon de morale un peu trop lourde mais pour­quoi pas :« il ne faut pas juger les gens sur la mine ».

Cet été sous le signe du loup a inspiré Arthur voici Loup gris :

et voici la terrible bataille de Louis gris et le chien qui lui mange la moitié de la queue (le passage préféré d’Ar­thur !)

Quand nous quit­tons les loups c’est pour trou­ver des monstres et une sorcière

Dehors les monstres par Cyril Hahn

C’est un grand clas­sique de ma maison mais il plaît toujours autant. J’aime beau­coup le papa fleg­ma­tique qui ne se panique jamais. J’aime que ce soit un papa qui passe l’as­pi­ra­teur. Arthur est très content de voir qu’un croco­dile a réussi à se cacher derrière la porte de la chambre, il est complè­te­ment dégoûté par la soupe de la sorcière, c’est sans doute son passage préféré

Pierre et la sorcière Gilles Bizouerne et Roland Garrigue


J’ai acheté cet album en espé­rant retrouvé l’hu­mour de « Loup Gris » c’st un peu raté, mais cette histoire plaît bien à Arthur surtout quand Pierre pousse la sorcière dans le four aussi quand elle dit les gros mots. Il aime aussi répondre à la dernière ques­tion du livre : « Est ce que Pierre va aller combattre le dragon du château » . C’est un livre agréable à racon­ter, on peut faire des effets de voix et il y a un rythme rapide bien agréable.

et puis trois nouveau­tés

« Tu ne m’at­tra­pe­ras pas » de Timo­thy Knap­man et Simona Giraolo

Pas de pitié pour Jacky la souris la plus « rapide du monde » elle est déli­cieuse d’après le chat le plus rusé du monde. Album agréable à racon­ter et pas trop long. C’est parfois un avan­tage

Lièvre et Ours , C’est à moi Emily Grava­vett

Bel album , images superbes mais un peu enfan­tin pour Arthur qui aime bien quand même, surtout quand le ballon éclate à la tête des deux compères.

Profes­sion croco­diles Giovanna Zoboli et Maria­chiara di Giorgo

un flop total avec cet album pour­tant conseillé par Noukette qui m’a fait décou­vrir des livres abso­lu­ment merveilleux pour les enfants. En réalité cet album est super­be­ment dessiné mais l’his­toire est horrible, Un croco­dile a comme profes­sion d’être croco­dile dans un zoo. Je me demande quel enfant peut comprendre un tel message. La seule chose qui plaise à Arthur c’est de distin­guer dans des dessins très fouillés les animaux qui se sont mélan­gés aux humains. Pour moi c’est un livre pour adulte qui se cache derrière un album pour enfant.

et quand on a fini toutes les histoires on peut passer du temps avec

la famille Oukilé de Béatrice Veillon

Je perds plus vite patience qu’Ar­thur mais lui aime vrai­ment beau­coup et cherche avec une grande atten­tion tous les membres de la famille. Arthur les retrouve plus rapi­de­ment à la fin de l’été qu’au début.

Cet article va me permettre de vous montrer les livres que Char­lotte et Arthur adorent (5 Schtroumpfs), aiment beau­coup (4 Schtroumpfs), aiment bien (3 Schtroumpfs), aiment moins (2 Schtroumpfs), et celui qui a fait « flop » (1 Schtroumpf)…

Paco et Mozart

De Maga­lie Le Huche


Coup de foudre pour Char­lotte qui déjà essaie de chan­ter comme la « haine de la ui » . C’était son premier Paco mais ce ne sera pas le dernier. Arthur est déjà un grand spécia­liste du genre, et Mozart est en train de détrô­ner « Paco et le Jazz » . Le soir il ne dit pas deux histoires mais deux Paco.


Caca boudin

De Stépha­nie Blake.


Bon, là, ok, ils ne font pas dans l’ori­gi­na­lité mes deux petits, mais tous les deux adorent cette série avec une grande prédi­lec­tion pour celui-ci. Ça fait telle­ment rire de dire tout fort « Caca Boudin ».


Au secours sortez moi de là

De Rama­dier et Bour­geau.


Vous n’au­rez pour ce livre que l’avis d’Ar­thur qui se préci­pite sur moi dès que j’ar­rive chez lui , pour que je lui lise cet album. On le lit avec le même succès depuis qu’il a 18 mois. D’ailleurs les mots « hop ! Ça glisse » ont fait partie de ses premiers mots.


Chhht !

Sally Grind­ley Peter Utton traduit par Maurice Lomré.


C’est Char­lotte qui a initié son cousin à ce livre extra­or­di­naire. Elle n’ar­rive pas souvent au bout de l’his­toire car elle a trop peur de réveiller le géant. Arthur n’a pas peur, en tout cas, il le dit très fort, mais referme très vite la page pour ne pas voir l’hor­rible person­nage prêt à lui sauter dessus.


La légende du chien noir

De Levi Pinfold.


Char­lotte et Arthur déclarent en cœur qu’ils n’ont pas peur du chien noir, mais n’aiment pas trop qu’on s’at­tarde sur la photo où il est en double page. Ils aiment beau­coup regar­der la petite vignette qui montre le chien qui gran­dit avec la peur éprou­vée par les membres de la famille Hope.


Dans la forêt du paresseux

D’Anouck Bois­ro­bert et Louis Rigaud Sophie Strady.

Encore un livre qu’Ar­thur est seul à possé­der mais que j’of­fri­rai à l’oc­ca­sion à Char­lotte qui aime les pop-up. Et je pense que pour elle ce sera 5 Schtroumpfs sans aucune hési­ta­tion. Pour un adulte, c’est un livre superbe, pour Arthur l’in­té­rêt prin­ci­pal est de retrou­ver dans chaque image le pares­seux. Un très bel objet artis­tique et qui, sans doute, plaît autant aux parents qu’aux tout petits.


Björn six histoires d’ours

De Delphine Perret.


Flop total ! Pour­tant moi j’adore, j’aime le dessin et les histoires . Mais Arthur pas du tout ! Je n’ai pu lui racon­ter que la première histoire. Celle de l’ours qui reçoit un cadeau qui ne fait pas plai­sir, cette histoire lui est passée complè­te­ment au dessus de la tête, pour­tant c’est un dévo­reur d’his­toires. Arthur adore les cadeaux, il aura du mal à imagi­ner qu’on puisse en être encom­bré. Je pense que 2 ans et demi c’est un peu trop jeune pour ce livre et qu’il y vien­dra plus tard. Mais je sais aussi qu’il y a des livres qui plaisent plus aux parents et grands parents qu’aux enfants.

SONY DSC

5
Pour une fois, je mets sur Luocine un best­sel­ler absolu. Arthur a 11 mois et on peut lui lire à l’in­fini les histoires de Paco. Je peux donc le conseiller à tous les parents et grands parents, c’est un album très agréable à racon­ter, les images sont imagi­na­tives et il y a plein de petits détails sur lesquels on peut insis­ter.

Mais surtout, comme vous ne l’avez peut-être pas remar­qué c’est un livre sonore et les musiques sont très jolies. Quel progrès ! à ma géné­ra­tion, il y avait des livres sur lesquels on pouvait appuyer et ça provo­quait un coui­ne­ment abomi­nable censé imiter le cri de tous les animaux. Ce livre est un peu fragile (c’est bien le seul bémol, pour un livre musi­cal il en fallait bien un !) car les pages sont assez fines mais cela ne dérange pas Arthur qui a besoin d’un adulte pour trou­ver le bon endroit qui déclenche cette musique magique qu’il écoute avec ravis­se­ment, cela ne l’empêche nulle­ment d’es­sayer d’ap­puyer de tout son cœur sur toute la page.

Si vous cher­chez un cadeau pour un bébé, celui-là fera très plai­sir aux parents ; à mon avis les enfants peuvent suivre les aven­tures de Paco jusqu’à quatre ou cinq ans.

http://ecx.images-amazon.com/images/I/5124GVsrzML._SL500_AA300_.jpg

5
Je conseille ce livre à tous les parents et grand parents d’enfants entre 4 et 8 ans. Je ne l’ai pas encore testé avec mes petits fils, dès que j’aurai leur opinion je la mettrai sur mon blog. En atten­dant je dois dire que je me suis réga­lée à la fois grâce au dessin, déli­cieu­se­ment rétro , un peu naïf, et aussi grâce au texte qui n’a presque pas vieilli.

Citation

Moi, si j’étais grand, je serai complè­te­ment diffé­rent, et je serais toujours content. Pour commen­cer, je serais content de pouvoir faire tout ce que je veux…

J’attraperais les mouches à la main. À condi­tion, bien sur, d’avoir pris des cours d’attrape-mouches.

On en parle

Tu l’as lu (tucru)

5
Je ne passe pas ma vie à lire des livres. J’en lis aussi à mes petits enfants. Celui-là connaît un grand succès. Aucune parole n’ac­com­pagne les dessins , pour­tant l’his­toire est très facile à comprendre. Tout le charme du livre provient des petits détails qui ne se découvrent que peu à peu, il est rare de tous les voir à la première lecture. Fina­le­ment, le gâteau sera repris aux méchants rats, seuls les gentils auront le droit de le goûter… Et le petit canard retrouve sa maman…