Édition Gras­set

Metin Arditi est un auteur dont j’aime lire les romans sans être tota­le­ment enthou­siaste, après « loin des bras » « Prince d’or­chestre » et « L’en­fant qui mesu­rait le monde » voici donc « Tu seras mon père ».

Arditi connaît très bien les pensions suisses, celles où sont élevées les enfants de milieu, très, très, riches et qui sont souvent des jeunes malheu­reux qui se sentent aban­don­nés. Ce n’est pas le thème prin­ci­pal du roman, le thème prin­ci­pal c’est le pardon. Peut-on tout pardon­ner et comment y arriver.

Le sujet est bien traité, mais de façon trop roma­nesque pour moi, cette ques­tion reste très inté­res­sante. Et après avoir refermé ce roman, elel m’a trotté dans la tête pendant longtemps.

Il s’agit de savoir si un enfant dont le père a été victime des Brigades Rouges, en 1978, peut pardon­ner au prin­ci­pal insti­ga­teur de ce crime. Pour que le roman soit « vrai­sem­blable » le père de l’en­fant, le prin­ci­pal fabri­quant de glace d’Ita­lie, n’a pas été assas­siné par ses geôliers mais s’est suicidé quelques temps après. L’homme à qui il doit pardon­ner n’a pas été celui qui l’a enlevé mais celui qui l’avait dési­gné à ses ravisseurs.

Onze ans plus tard, Renato, l’en­fant devenu jeune adoles­cent retrouve cet homme, Paolo, comme profes­seur de théâtre dans une insti­tu­tion privée, un lien très fort se noue entre eux. On imagine le drame lors­qu’il décou­vrira la vérité .

Enfin, une dernier ressort roma­nesque, autour d’une profes­seure de danse qui aiment à la fois Renato et Paolo.
Je crains d’en dire plus pour les ceux et celles qui ne veulent pas connaître la fin d’un roman avant de le commencer.

La ques­tion essen­tielle reste entière peut-on pardon­ner ? Cette ques­tion s’est trouvé être posée en France où des anciens « Brigades rouges » avaient refait leur vie.

Metin Arditi a beau insis­ter sur le côté sordide de l’ex­ploi­ta­tion ouvrière en Italie, cela n’empêche que rien ne justi­fie le meurtre d’un centaine de personnes. Il faudra l’as­sas­si­nat du président du parti démo­crate chré­tien Aldo Moro pour que l’en­semble de la classe poli­tique se retourne complè­te­ment contre ces assassins.
J’ai eu, comme d’ha­bi­tude, plai­sir à lire ce roman de Metin Arditi qui m’a remis en mémoire les heures sombres de l’Ita­lie, j’ai appré­cié la ques­tion posée : peut-on tout pardon­ner, mais le côte trop roma­nesque ne m’a pas séduite.

Citation

Pirandello au service du roman.

Le garçon qui jouait le commis­saire sortit de sa poche une feuille de papier et la tendit à Paolo. celui-ci la parcou­rut, les mains tremblantes. 
Laudisi :
- » Le doute est toujours flagrant. Puis-je vous suggé­rer une façon de rendre service à la population ?
Main­te­nant, il criait presque :
- Détrui­sez ce demi-feuille avec ne prouve rien ! Et sur l’autre moitié écri­vez autre chose !
Paolo crachait son texte. Sur scène les élèves le regar­daient éberlués. 
- Pour rendre sa tran­quillité à tout un pays Vous compre­nez ? À tout un pays !
Les derniers mots n’étaient pas dans le texte. Il s’ar­rêta et resta sur scène les yeux fermés immo­bile autour de lui personne ne bougea.
Il essaya de sourire, ce fut une grimace.


Édition livre de poche

J’ai vu ce roman sur de nombreux blogs en parti­cu­lier, un billet que j’avais remar­qué de Domi­nique, (déso­lée pour les blogs que j’ou­blie de citer). J’ai déjà beau­coup lu sur les quêtes de mémoire quand il ne reste plus que des lambeaux de souve­nirs de familles déci­mées par la Shoa. Anne Berest est la petite fille de Myriam qui est elle même la fille d’Ephraïm et d’Emma et la sœur de Noemie et Jacques tous les quatre morts à Ausch­witz et dont les noms ont été écrits sur une carte postale envoyée à sa mère en janvier 2003.

Anne est donc juive par sa mère et bretonne par son père. Élevée loin de toute reli­gion par des parents intel­lec­tuels et atten­tion­nés, elle accorde que peu d’im­por­tance à cette origine. Jusqu’au jour où elle veut savoir et trans­mettre à ses enfants ce passé. La première partie du livre, nous permet de décou­vrir le destin de la famille Rabi­no­vitch, origi­naire de Russie, Ephraïm devient un fervent défen­seur du socia­lisme mais très vite il déchante sur le régime commu­niste et est obligé de s’en­fuir. Sa femme Emma Wolf est origi­naire de Lodz et aimera toute sa vie son mari malgré quelques diver­gences en parti­cu­lier sur la reli­gion, elle est pieuse et respecte les fêtes juives.
1019 date de nais­sance de Myriam à Moscou, c’est la la grand mère de l’au­teure et avec ses parents elle commence une péré­gri­na­tion à travers une Europe qui ne veut plus de Juifs. La Litua­nie puis Israël d’où ils repar­ti­ront (hélas) pour la France. Ils ont eu le temps d’al­ler à Lotz où la famille d’Emma très aisée sent monter l’an­ti­sé­mi­tisme polo­nais sans pour autant tenter de fuir.

Enfin, ils arrivent en France avec leurs trois enfants et Ephraïm veut abso­lu­ment deve­nir fran­çais . La suite on l’ima­gine : leurs deux enfants seront dépor­tés avant eux Myriam était alors mariée à un fran­çais et n’était pas sur la liste du maire d’Evreux, mais elle était là ce jour là, son père l’a obli­gée à se cacher dans le jardin. Et ensuite Ephraïm et Emma seront à leur tour déportés.

Histoire trop banale , mais si bien racon­tée avec des allers et retours vers le temps présent et les recherche d’Anne qui s’ap­puient sur le travail très appro­fondi de sa mère Leila qui avait déjà trouvé et classé un très grand nombre de documents.
La deuxième partie du récit a pour but de nous faire décou­vrir la vie de Myriam pendant et après la guerre et fina­le­ment au dernier chapitre l’ex­pli­ca­tion de la carte postale.

Le fil conduc­teur du roman, serait à mon avis de se deman­der ce que veut dire d’être juif et pour­quoi même aujourd’­hui l’an­ti­sé­mi­tisme peut donner lieu à des injures comme « sale juif ! » ou une exclu­sion d’une équipe de foot car dans la famille d’un petit Hassan de sept ans, on ne joue pas avec les juifs !

Ephraïm a telle­ment confiance dans la France, le pays des droits de l’homme que jusqu’à la fin il restera persuadé qu’il est à l’abri et ne veut pas entendre les messages d’in­quié­tude qu’il reçoit. Myriam gardera espoir le plus long­temps possible d’un éven­tuel retour de sa famille ou au moins de son jeune frère et de sa sœur. Elle s’en­fer­mera dans un mutisme tel que sa propre fille aura bien du mal à comprendre l’hor­rible réalité et à remon­ter les fils de l’his­toire fami­liale si inti­me­ment liée à celle des pires atro­ci­tés du siècle.

Quand Anne Berest part à la recherche de ce qui reste des traces de la présence de ses parents dans le petit village des Forges, j’ai retrouvé ce que j’avais senti en Pologne : la peur que l’on demande des comptes à des descen­dants de gens qui n’ont pas toujours bien agi voire pire. Comme cette famille chez qui elle retrouve les photos de sa famille et le piano de son arrière grand-mère.

Je n’ai pas lâché un instant cette lecture et je reli­rai ce livre certai­ne­ment car je le trouve parfai­te­ment juste et passion­nant de bout en bout. Il va faire partie des indis­pen­sables et je vais lui faire une place chez moi car comme le dit un moment Anne Berest c’est impor­tant que les juifs enva­hissent nos biblio­thèques, on ne peut plus faire comme si l’an­ti­sé­mi­tisme n’avait été que l’apa­nage des Nazis même si ce sont eux qui ont créé la solu­tion finale celle-ci n’a pu exis­ter que parce que chez bien des gens on ne voulait pas savoir ce qui arri­vait à « ces gens là » quand on les parquait dans des camps puis quand on les faisait monter dans des trains pour l’Allemagne.

Citations

Un moment de notre histoire.

Ephraïm suit de près l’as­cen­sion de Léon Blum. Les adver­saires poli­tiques, ainsi que la presse de droite, se répandent. On traite Blum de « vil laquais des banquiers de de Londres », « ami de Roth­schild et d’autres banquiers de toute évidence juifs ». « C’est un homme à fusiller, écrit Charles Maur­ras, mais dans le dos »

Dialogue du petit fils avec son grand père juif et croyant .

- Tu es triste que ton fils ne croit pas en Dieu ? demande Jacques à son grand-père. 
- Autre­fois oui j’étais triste. Mais aujourd’­hui, je me dis que l’im­por­tant est que Dieu croit en ton père.

La liste Otto.

Tout à fait, la La liste « Otto » du nom de l’am­bas­sa­deur d’Al­le­magne à paris, Otto Abetz. Elle établit la liste de tous les ouvrages reti­rés de la vente des librai­ries. Y figu­rait évidem­ment tous les auteurs juifs, mais aussi les auteurs commu­nistes, les fran­çais déran­geants pour le régime, comme Colette, Aris­tide Bruant, André Malraux, Louis Aragon, et même les morts comme Jean de la Fontaine …

L’importance de porter un nom juif.

Mais petit à petit, je me rend compte qu’à l’école, s’ap­pe­ler Gérard « Rambert » n’a vrai­ment rien à voir avec le fait de s’ap­pe­ler Gérard « Rosen­berg » et tu veux savoir quelle est la diffé­rence ? C’est que je n’en­ten­dais plus de « sale juif » quoti­dien dans la cour de l’école. La diffé­rence c’est que je n’en­ten­dais plus des phrases du genre « C’est dommage qu’Hit­ler ait raté tes parents ». Et dans ma nouvelle école, avec mon nouveau nom, je trouve que c’est très agréable qu’on me foute la paix.
(…)
- Moi aussi je porte un nom fran­çais tout ce qu’il y a de plus fran­çais. Et ton histoire, cela me fait penser que…
- Que ?
- Au fond de moi je suis rassu­rée que sur moi cela ne se voie pas.

Je trouve cette remarque très juste.

Myriam constate que Mme Chabaud fait partie de ces êtres qui ne sont jamais déce­vants, alors que d’autres le sont toujours. 
- Pour les premiers, on ne s’étonne jamais. Pour les seconds, on s’étonne chaque fois. Alors que ça devrait être l’in­verse, lui dit-elle en la remerciant.

Le sens du livre .

Inter­ro­ger ce mot dont la défi­ni­tion s’échappe sans cesse
- Qu’est ce qu’être juif ?
Peut-être que la réponse était conte­nue dans la question :
- Se deman­der qu’est-ce qu’être juif
(…) Mais aujourd’­hui je peux relier tous les points entre eux, pour voir appa­raître, parmi la constel­la­tion des frag­ments épar­pillés sur la page, une silhouette dans laquelle je me recon­nais enfin : je suis fille et petite fille de survivants.


Édition Arléa 

Lu dans le cadre du club de lecture de la média­thèque de Dinard

Un roman à la gloire de Dome­nico Scar­latti compo­si­teur qui a vécu de 1685 à 1757. Il a écrit de multiples sonates pour clave­cin que l’on joue main­te­nant très souvent au piano.

Ce roman est l’his­toire d’une machi­na­tion autour d’une parti­tion retrou­vée dans l’étui d’un violon­celle et qui sera volée dans l’ate­lier du luthier. Plusieurs person­nages sont présents dans le roman et seul le dernier chapitre dévoi­lera qui tire toutes les ficelles. (C’est évidem­ment par ce chapitre que j’ai commencé mais ne vous inquié­tez pas je n’en dirai rien dans ce billet !)

Nous faisons la connais­sance de l’ébé­niste un homme brisé par le départ de la femme qu’il a aimée. Sa seule conso­la­tion c’est son travail de restau­ra­tion des meubles anciens. C’est lui trou­vera une parti­tion qui semble très ancienne dans l’étui de bois du violon­celle. Ensuite nous voyons le luthier qui travaille dans un atelier mitoyen du sien et qui est un fou d’ins­tru­ments anciens mais qui hélas pour lui joue au poker et y perd beau­coup, beau­coup d’argent.

Ensuite viennent ceux qui vont jouer une rôle impor­tant dans la machi­na­tion : la clave­ci­niste virtuose qui recon­naî­tra une oeuvre de Scar­latti. Le spécia­liste fran­çais profes­seur à la Sorbonne qui veut à tout prix pouvoir avant tout le monde analy­ser cette parti­tion pour se faire mous­ser et dépas­ser son jeune collègue italien qui lui doutera que cette Sonate puisse être du grand maître.

Enfin un riche mécène (comme on en trouve plus dans les romans que dans la vie) qui veut lui aussi retrou­ver cette partition.
La seule trace tangible, que ce petit monde a de cette parti­ci­pa­tion, c’est un enre­gis­tre­ment sur un télé­phone portable que le menui­sier a fait lors­qu’il est venu appor­ter la parti­tion à la clave­ci­niste virtuose.

J’ai lu avec inté­rêt ce roman mais si je ne suis pas plus enthou­siaste, c’est que le prin­ci­pal inté­rêt c’est cette machi­na­tion que j’ai trou­vée très tirée par les cheveux. En revanche, je trouve que cette écri­vaine raconte très bien le plai­sir de la musique et l’exi­gence du travail des solistes. J’ai bien aimé aussi l’évo­ca­tion du travail du luthier et de l’ébé­niste. Mais j’ai eu quelques diffi­cul­tés à croire aux person­na­li­tés qui construisent cette histoire. Un roman donc agréable à lire malgré mes réserves et qui enchan­tera toutes celles et tous ceux qui aiment les suspens bien menés. (vous remar­que­rez que je divul­gâche le moins possible !)

Je me souviens que j’avais eu aussi quelques réserves pour « Eux sur la photo » de la même auteure

Citations

Vocabulaire pour initiés .

C’était une pièce parti­cu­liè­re­ment complexe dans son écri­ture : elle commen­çait par un tétra­corde descen­dant, si typique des rythmes de séque­dilles, se pour­sui­vait par une cascade de suites ascen­dantes, de plus en plus rapides, illu­mi­nées par les trilles. Les arpèges qui se multi­pliaient à la fin m’ont fait trébu­cher plus un fois.

Un amoureux de Scarlatti.

Comme exécu­tant, j’ai toujours était moyen. Ma force a consisté à le recon­naître. Mais j’ai toujours su que derrière cette musique exis­tait une énigme, un chiffre, un mystère, un art de la compo­si­tion si neuf qu’il dyna­mi­tait l’en­semble des règles d’écri­ture de son époque. Et moi, j’ai voulu être le premier, celui qui serait capable d’ex­pli­quer, vrai­ment, la genèse de ce prodige tombé du ciel.

Un homme très très riche que l’on trouve surtout dans les romans.

En ce qui concerne celui-ci, le biographe le fameux Luzin-Farez, l’en­quête préli­mi­naire de mon infor­ma­teur m’avait donné une idée du person­nage. J’étais main­te­nant curieux de me forger la mienne. J’avais choisi un lieu de rendez-vous donc je savais qu’il flat­te­rait sa vanité, tout en lui lais­sant comprendre à quel point j’étais riche pas. Parfois, j’ai l’im­pres­sion cruel d’être un ento­mo­lo­giste qui s’ap­prête à retour­ner du bout de sa pince un nouveau spécimen.

Édition Galli­mard

Lu dans le cadre du club de lecture de la média­thèque de Dinard

J’hésite toujours à écrire un billet quand je n’aime pas un livre et puis je pense à tous vos billets qui m’ont permis d’éviter des romans qui me seraient tombés des mains alors ….

Il faut que je dise en préam­bule que je suis très exigeante quand il s’agit de lire la prose d’un écri­vain ou d’une écri­vaine qui nous raconte la créa­tion litté­raire. Je trouve rare­ment inté­res­sant de parti­ci­per à la cuisine qui lui permet d’aboutir à une œuvre. Mais quand en plus on est dans le cliché absolu, je sens la colère monter en moi. Je suis juste ravie de n’avoir pas dépen­ser 18 euros pour lire cette prose affligeante.

Elsa Feuillet, l’hé­roïne, est une écri­vaine peu connue et qui en admire une autre (Béatrice Blandy) . Celle-ci est morte et son mari va pous­ser Elsa à s’emparer de l’ébauche du roman de sa femme afin qu’il puisse être édité. L’au­teure s’amuse (moi beau­coup moins) à faire des allu­sions à Rebecca de Daphné du Maurier.

Je n’ar­rive pas trop à rédi­ger mon billet et je me demande qui cela peut inté­res­ser que j’ex­plique pour quoi je n’ar­rive pas à l’écrire, Carole Fives croit donc nous inté­res­ser aux affres de la plage blanche et du comment se mettre à l’écri­ture. Il faudrait donc une histoire d’amour compli­quée, du suspens, des allu­sions litté­raires, et la descrip­tion d’un énorme succès litté­raire quand le lecteur, lui, lit un pâle pastiche de Daphné du Maurrier.

Tout ce que j’écris dans ce billet sent trop ma décep­tion, on verra si au club certaines se sont inté­res­sées à la Miss Feuillet et ses feuilles blanches ! Je sais, c’est un mauvais jeu de mot mais quand je n’ai pas grand chose à dire, je fais ce que je peux !

PS. Personne dans le club n’a sauvé ce roman.

Une seule citation

Une mère toxique une fille peu compatissante.

Sa mère à elle l’ap­pe­lait tous les jours, de son hôpi­tal, pour lui dire combien elle souf­frait, et à quel point vivre était un calvaire. La plus part du temps, Elsa ne décro­chait pas. Elle n’écou­tait pas les longs messages lais­sés sur son répon­deur. Elle se conten­tait d’en­voyer de l’argent à sa mère quand elle le pouvait. De temps en temps, elle finis­sait par répondre et alors, une voix du fond des âges apathique l’ap­pe­lait a l’aide. Elsa marmon­nait qu’il ne fallait pas s’en faire comme ça, ni être aussi si néga­tive. Elle ajou­tait qu’elle était pres­sée, qu’elle rappel­le­rait plus tard.


Édition j’ai lu

Merci Sandrine tu avais raison ce livre m’a beau­coup plu.

Ce récit auto­bio­gra­phique est très inté­res­sant et souvent très émou­vant. Cette petite fille est arri­vée en France à l’âge de cinq ans, ses parents commu­nistes ont fui la répres­sion des ayatol­lahs iraniens. En Iran, elle était une petite fille choyée par sa grand-mère et adorait ce pays aux multiples saveurs. Ses parents menaient une lutte dange­reuse et l’uti­li­saient pour faire passer des tracts qui étaient syno­nymes de morts pour ceux qui les trans­por­taient. Vous compre­nez la moitié du titre, et la poupée ? Toujours ses parents : ils l’ont obli­gée à donner tous ses jouets aux enfants pauvres du quar­tier en espé­rant, ainsi, en faire une parfaite commu­niste se déta­chant de la propriété, ils n’ont réussi qu’à la rendre très malheu­reuse. En France, comme tous les exilés ses parents ne seront pas vrai­ment heureux et la petite non plus.

Il faut du temps pour s’adap­ter et ce que raconte très bien ce texte c’est la diffi­culté de vivre en aban­don­nant une culture sans jamais complè­te­ment adop­ter une autre. La narra­trice souffre d’avoir perdu son Iran natal et elle souffre aussi de voir ce qu’on pays devient sous le joug des mollahs . Je me demande si elle reprend espoir avec les évène­ments actuels ou si, pour elle, c’est une nouvelle cause de souf­france de voir tant de jeunes filles se faire tuer au nom de la bien­séance islamique.

L’au­teure raconte très bien tous les stades psycho­lo­giques par lesquels elle est passée : la honte de ses parents qui ne parlent pas assez bien le fran­çais, la séduc­tion qu’elle exerce sur un audi­toire quand elle raconte la répres­sion en Iran, son envie de retrou­ver son pays et d’y rester malgré le danger, les souve­nirs horribles qui la hante à tout jamais …

Je ne sais pas où cette écri­vaine vit aujourd’­hui, car on sent qu’elle a souvent besoin de vivre ailleurs (Pékin, Istan­bul) mais je suis certaine que si le régime tyran­nique de l’Iran s’as­sou­plis­sait un peu, elle retrou­ve­rait avec plai­sir ce peuple et surtout ce pays qui l’a toujours habitée.

Citations

Les morts opposants politiques de Téhéran .

Il existe un cime­tière situé à l’est de Téhé­ran, le cime­tière de Khâva­rân connu aussi sous le nom de « Lahna­tâ­bâd », ça veut dire le cime­tière des maudits. Lors­qu’un prison­nier poli­tique était exécuté, ont jetait là son corps dans une fosse commune. Aucune inscrip­tion, aucune stèle, pas même une pierre. Terre vaste, aride et noire. Parfois de fortes pluies s’abat­taient sur la ville et les corps mal enter­rés réap­pa­rais­saient à la surface car le terrain était en pente. Alors les oppo­sants allaient ré-enter­rer leurs morts au nom de la dignité. Mon père y allait avec ses cama­rades. Ils vomis­saient, ils en étaient malades pendant des semaines, ils étaient hantés par les images des déter­rés mais peu importe, il fallait le faire. on ne pouvait pas lais­ser un corps sans sépul­ture. On ne pouvait pas lais­ser les cama­rades pour­rir ainsi.
Terre maudite ou Terre sainte ?

Que de douleurs dans ce passage !
« C’est extra­or­di­naire d’être persane ! »
Oui c’est extra­or­di­naire, vous avez raison. la révo­lu­tion, deux oncles en prison, les pros­pec­tus dans mes couches, le départ in extre­mis, l’exil, l’opium de mon père. J’en suis consciente et j’en ai souvent joué de ce roma­nesque. Dans les soirées pari­siennes intello-bour­geoises ou lors de la première rencontre avec un homme histoire de le char­mer, mais aussi face aux voya­geurs qui ont traversé l’Iran sur la route de la soie, face aux expa­triés qui ont travaillé là-bas. D’ha­bi­tude les gens ou entendu parler de l’Iran à travers les médias, les livres, les films. Tout ça est un peu loin­tain, irréel, mais là, ils ont face d’eux quelque chose de bien vivant. Alors je me faisais conteuse devant un public avide d’his­toires exotiques et j’ai rajouté des détails et je modu­lais ma voix et je voyais les petits yeux deve­nir atten­tifs, le silence régnait certains, les plus sensibles ont même pleuré. Je triomphais. 

Atten­tion !
Si vous aimez le suspens, j’en dis visi­ble­ment trop dans ce billet (je me demande comment font ces lectrices pour relire les livres qu’elles ont aimés !)

L’auteure cite Erri de Luca, je trouve cette phrase très juste

Prendre connais­sance d’une époque à travers les docu­ments judi­ciaires, c’est comme étudier les étoiles en regar­dant leur reflet dans un étang.

Un cadeau ! quelle bonne idée de s’of­frir des livres car cela permet d’al­ler vers des lectures que je n’au­rais pas remar­quées. Le titre résume le roman, pour moi c’est un régal que de lire un roman dont je connais l’is­sue mais je pense que cela a dû en déran­ger certains et certaines. Après il faut beau­coup de talent pour faire comprendre pour­quoi cette malheu­reuse Lisa s’est enfer­rée dans son mensonge. Elle a accusé un homme de viol et tout le monde l’a crue. Tout l’in­té­rêt du roman s’est de racon­ter que bien qu’elle ait menti cette ado était quand même une victime. Simple­ment les véri­tables coupables n’ont jamais été inquié­tés. L’au­teure à travers l’en­quête de l’avo­cat nous fait revivre les années collège quand on est une fille mal dans sa peau mais dont les seins font beau­coup d’ef­fet aux garçons. Mal dans sa peau , moins aimée que sa sœur à qui tout réus­sit, enfant d’un couple qui ne s’aime plus, Lisa a voulu trou­ver un statut et c’est celui de victime qui lui allait le mieux. Car victime elle l’était réel­le­ment d’un groupe de garçons en parti­cu­lier d’un sale môme qui l’avait filmée dans une rela­tion sexuelle avec celui qu’elle prenait pour son petit ami. Et c’est, pour que cette vidéo ne soit jamais publiée, que fina­le­ment elle s’est empê­trée dans un mensonge qu’un pauvre homme va payer très cher : 1195 jours de prison pour rien !

C’est un livre facile à lire et très prenant mais qui ressemble plus à un long article de presse qu’à un roman. Malgré ce bémol, je dois dire que j’ap­pré­cie beau­coup le courage de l’écri­vaine pour nous dire qu’il faut parfois douter de la parole des enfants et des adoles­cents, rece­voir leurs témoi­gnages demande sûre­ment beau­coup d’in­tel­li­gence et de déli­ca­tesse car il est certain que les jeunes sont le plus souvent victimes, même s’ils sont aussi, parfois, menteurs.

Citation

Description des cours de justice .

Ces juges, plus ça va, plus je les hais. Bornés, bibe­ron­nés à la mora­line. Et lâche avec ça. Y a plus que des bonnes femmes de toutes manières. Les derniers mec que tu croises dans les couloirs, ils ont un balai et un seau à la main. Et les jeunes, elles sont pires. Non, mais tu les as vus, avec leurs baskets ? elle juge en bas-kets ! Les jurés, c’est pareil. Gavés de séries télé. Ils t’écoutent. Ils te regardent avec l’air de tout savoir mieux que toi, parce qu’ils ont vu l’in­té­grale des « faites entrer l’ac­cusé ». Plus moyen de les faire douter. Ils ont trop peur de se faire engueu­ler. Quand je pense à tout ceux que je faisais acquit­ter avant ! Et, crois moi, il y avait une palan­quée de coupable là-dedans… dis, tu crois que je suis vrai­ment trop vieux ?


Édition Corti

lu dans le cadre du club de lecture de la média­thèque de Dinard

Un tout petit roman d’une centaine de pages à la gloire de Jean Sebas­tian Bach et son immense admi­ra­tion pour Buxte­hude. L’au­teur imagine une rencontre entre ces deux servi­teurs de la musique sacrée qui sentent entre eux et Dieu un lien qui se concré­tisent dans leurs œuvres. L’au­teur imagine que Bach part à pied l’hi­ver de Arns­tadt où Bach est orga­niste jusqu’à Lübeck ville du maître Buxte­hude. Cette marche d’une centaine de kilo­mètres est l’oc­ca­sion pour l’au­teur de montrer à quel point le compo­si­teur est impré­gné de musique. Il s’agit d’une vision mystique de la musique qui le rapproche de Dieu. On peut se deman­der pour­quoi Simon Berger écrit un tel livre sur un sujet dont on ne sait rien ou presque. Que Bach ait admiré Buxte­hude, c’est certain tout le monde l’ad­mi­rait à l’époque ; que ces deux génies de la musique se soient rencon­trés on n’en sait rien mais c’est possible ; que des grands compo­si­teurs recon­naissent le talent de leur prédé­ces­seurs c’est souvent vrai. Il ne faut pas oublier que c’est grâce à Mozart que Bach n’a pas tota­le­ment été oublié après sa mort. Mais ce qui nous frappe et qui trans­pa­raît un peu dans ce texte très court c’est la modes­tie de la vie de Bach et de Buxte­hude. Tous les deux atta­chés à leur orgue dont ils jouaient tous les jours, ils ont composé pour un public pieux et des notables qui avaient si peur que la trop belle musique entraîne les fidèles vers des pensées impies. Ils ont été l’un et l’autre d’une modes­tie totale au service de leur Dieu et de la musique.

Citations

Les notables de Arnstadt.

Rien qu’à les imagi­ner, Bach se lassait déjà. Et dire que sa vie dépen­dait de quelques bien-nés qui reste­raient jusqu’à leurs morts infou­tus de faire la diffé­rence entre le son d’une bombarde et celui d’un pet rentré !

La musique de Buxtehude.

Alors un début de cantate s’éleva du chœur. Ce fut beau à mourir. Les yeux de Johann Sebas­tian Bach s’emplirent de larmes. Il ne voyait plus qu’à travers une pitoyable buée ! 

C’était beau. La musique se dérou­lait comme un phylac­tère du ciel. Bach la compre­nait, aurait pu en tracer l’ar­chi­tec­ture dans les moindres détails, et cela n’en­le­vait rien à ce miracle, et cela parti­ci­pait même à ce miracle, mira­cu­leux encore après son déco­dage. Hermé­neu­tique divine, qui n’ajoute rien, qui ne retranche rien et laisse les prodiges advenir. 

Rien qu’à les imagi­ner, Bach se lassait déjà. Et dire que sa vie dépen­dait de quelques bien-nés qui reste­raient jusqu’à leurs morts infou­tus de faire la diffé­rence entre le son d’une bombarde et celui d’un pet rentré !

La musique de Buxtehude.

Alors un début de cantate s’éleva du chœur. Ce fut beau à mourir. Les yeux de Johann Sebas­tian Bach s’emplirent de larmes. Il ne voyait plus qu’à travers une pitoyable buée ! 

C’était beau. La musique se dérou­lait comme un phylac­tère du ciel. Bach la compre­nait, aurait pu en tracer l’ar­chi­tec­ture dans les moindres détails, et cela n’en­le­vait rien à ce miracle, et cela parti­ci­pait même à ce miracle, mira­cu­leux encore après son déco­dage. Hermé­neu­tique divine, qui n’ajoute rien, qui ne retranche rien et laisse les prodiges advenir. 


Édition Le Livre de Poche

Traduit de l’an­glais par Astrid Von Busekist

Lu dans le cadre des feuilles allemandes

Si ce livre, n’est pas écrit par un auteur alle­mand, le sujet concerne bien l’Al­le­magne, il trouve donc, selon moi, parfai­te­ment sa place dans le mois de litté­ra­ture alle­mande. Cette enquête est passion­nante, Philippe Sand cherche à comprendre la person­na­lité de Otto von Wäch­ter et de sa femme Char­lotte, deux nazis de la première heure. Otto est respon­sable de la mort d’au moins 300 000 juifs et de milliers de Polo­nais. Son fils Horst, en 2013, est persuadé que son père ne peut pas avoir commis ces crimes abomi­nables, ce fils veut abso­lu­ment que la lumière soit faite sur le passé de son père. Il a été en grande partie élevé par sa mère (puisque son père meurt en 1949) qui elle, n’a pas voulu pas savoir la vérité mais elle la connais­sait très bien et qui a construit une fable posi­tive sur un des pires crimi­nels nazis. Un des grands inté­rêts de cet essai, tient la person­na­lité du fils . Il est touchant d’être aussi partagé entre l’amour de son père et la réalité qu’il ne veut pas voir.

L’autre partie de l’en­quête concerne la fuite de ce nazi et des protec­tions catho­liques dont il a béné­fi­cié. L’au­teur va cher­cher dans toutes les archives le moindre détail ce qui s’est passé pour Otto de 1945 à 1949. Il est d’abord resté en Autriche dans la montagne avant de passer en Italie pour finir dans un couvent à Rome. Il mourra de façon brutale et son fils sera persuadé qu’il a été empoi­sonné par les Sovié­tiques ou les Améri­cains et cette idée lui fait du bien car cela lave­rait un peu l’hon­neur de son père. Quelles que soient les preuves que Philippe Sand met sous les yeux du fils celui-ci restera convaincu que son père ne pouvait pas être un crimi­nel de masse. Toute la famille von Wäch­ter, une grande famille noble autri­chienne, en voudra beau­coup à Horst d’avoir colla­boré à cette enquête. C’est très inté­res­sant de voir à quel point l’Au­triche a été le berceau du nazisme alors qu’a­près la guerre ce pays a rendu l’Al­le­magne respon­sable de cette idéo­lo­gie meur­trière. D’ailleurs aujourd’­hui encore la famille a des réac­tions anti­sé­mites, une des tantes se scan­da­li­sera qu’un des descen­dants de la famille travaille sous les ordres d’un juif !

Seule une des petite fille finira par déclarer :

Mon grand-père était un meur­trier de masse

Cette phrase clos le livre.

La person­na­lité de Char­lotte et ses actions sont au moins aussi inté­res­santes que la vie de son mari , elle n’a jamais été inquié­tée alors qu’elle est au moins une voleuse et elle a, entre autre, pillé le musée de Craco­vie. C’est d’ailleurs en reven­dant des œuvres volées qu’elle a réussi à envoyer de l’argent à son cher mari en fuite. Et après la guerre, elle soutien­dra toujours le nazisme . Ni son mari ni elle n’ont eu le moindre remord pour l’ex­ter­mi­na­tion des juifs dont ils ne veulent pas être respon­sables alors que l’idéo­lo­gie qu’ils ont soute­nue jusqu’à leur dernier souffle est bien la seule respon­sable de cette horreur.

J’ai admiré sans aucune réserve la qualité des recherches de cet écri­vain, comme il a dû se confron­ter à la person­na­lité atta­chante du fils, il a été amené à véri­fier le moindre détail et s’il n’a pas convaincu Horst vin Wärch­ter, il ne laisse aucune place au doute à son lecteur.

  • Oui, Otto von Wäch­ter est bien un crimi­nel de masse qui aurait mérité la pendaison.
  • Oui, l’église catho­lique a bien créé des filières d’éva­sion pour les nazis
  • Oui, la CIA le savait mais comme il a fallu très vite orga­ni­ser une défense contre la montée en puis­sance des Russes et que la guerre froide s’or­ga­ni­sait, les améri­cains ont repéré mais peu inquiété à partir de 1947 les cadres Nazis.

Citation

L’antisémitisme autrichien à l’origine du nazisme.

À l’école de droit, Otto épouse la cause natio­na­liste et le combat des Sudètes germa­no­phones. Il suit ainsi les traces de son père, lui-même membre du Deutsche Klub, une asso­cia­tion germa­niste exclu­si­ve­ment mascu­line qui s’op­pose à l’ar­ri­vée des Juifs et des autres réfu­giés des anciennes provinces de l’empire. « Ache­tez aryen ! » clame le bulle­tin de l’as­so­cia­tion. En mars 1921, peu de temps après que son père a été nommé ministre de la défense, Otto parti­cipe à une marche de protes­ta­tion anti­juive dans le centre de Vienne. À l’ap­pel de l » »Anti­se­mi­ten­bund », créé deux ans plus tôt, quarante mille parti­ci­pants réclament l’abo­li­tion des droits fonda­men­taux de citoyen­neté et de propriété des Juifs, ainsi que l’ex­pul­sion de tous les juifs arri­vés après 1914. Les commerces juifs et les usagers juifs des trans­ports publics vien­nois sont atta­qués. Otto est arrêté condamné et jugé par la cour du district de Vienne ; il passe quatorze jours en prison et écope d’une peine d’un an avec sursis. La presse le quali­fie de « monar­chiste » il n’a pas encore vingt ans et il vient pour la première fois de fran­chir la ligne de la criminalité.


Édition J’ai lu

Ce livre est la biogra­phie des deux grand-mères de l’au­teure qui sont toutes les deux nées en 1902 et meurent en 2001. Elles ont été amies toute leur vie depuis l’âge de six ans jusqu’à leur mort. elles ont réalisé leur vœu le plus cher : le fils de Martha épou­sera la fille de Mathilde et elles seront donc non seule­ment liées par des liens amicaux mais aussi familiaux.

Je sais, ce livre est écrit par une auteure fran­çaise mais le sujet concerne telle­ment les rapports de l’Al­le­magne et de la France que je le propose pour ce mois de novembre 2022 si vous l’acceptez.

Ce récit se passe en Alsace à Colmar (Kolmar) et quand on voit les dates on comprend tout de suite que nous allons connaître cette région sous la domi­na­tion alle­mande jusqu’en 1918 puis fran­çaise et de nouveau alle­mande en 1940 sous le joug nazi jusqu’en 1945.

Tout l’in­té­rêt de cette biogra­phie vient de l’ami­tié de ces deux femmes que beau­coup de choses opposent. Marthe est origi­naire d’une famille alsa­cienne clas­sique et pour Mathilde c’est plus compli­qué : son père Karl Georg Goerke est alle­mand et est venu s’ins­tal­ler en Alsace, son épouse est Belge leur première fille Mathilde est née en Allemagne.

Jusqu’en 1914, les deux petites filles gran­dissent dans des familles à qui tout réus­sit, elles cultivent une amitié sans faille, elles habitent dans le même immeuble et fréquentent les mêmes écoles. La guerre 1418 vient compli­quer les choses car les Alle­mands se méfient de l’ab­sence de patrio­tisme des Alsa­ciens. Nous suivrons la guerre de Joseph le futur mari de Mathilde, il est enrôlé dans l’ar­mée alle­mande et est envoyé d’abord loin du front de l’ouest, il n’a le droit à aucune permis­sion telle­ment les auto­ri­tés craignent les déser­tions des alsaciens.

Et puis arrive 1918 et le retour de l’ar­mée fran­çaise triom­phante et commence alors dans ce moment de liesse pour une grande partie de la popu­la­tion le drame qui marquera à tout jamais Mathilde. Son père souhaite deve­nir fran­çais et vit alors jusqu’en 1927 année où il le devien­dra, une période de peur : il craint à tout moment d’être chassé du pays qu’il s’est choisi . C’est la petite histoire mais cela a dû concer­ner un grand nombre d’al­sa­ciens d’ori­gine germa­nique. Du coup Mathilde aura tendance à s’in­ven­ter une famille extra­or­di­naire en maltrai­tant parfois la vérité histo­rique. La période nazie est une horreur pour toutes les deux Marthe est veuve d’un offi­cier fran­çais et Mathilde est mariée avec Joseph Klebaur fabri­quant de porce­laine. Elles seront sépa­rées pendant quatre longues années mais se retrou­ve­ront après la guerre.

La façon dont leur petite fille fouille à la fois leur passé et leur carac­tère est très inté­res­sant , avec comme toile de fond la grand histoire qui a tant boule­versé les vies des familles alsa­ciennes. On comprend peu à peu à quel point Mathilde a été désta­bi­li­sée par le fait qu’elle a dû cacher ses racines germa­niques et la peur que son père lui a trans­mis de pouvoir être expulsé. Marthe a un carac­tère plus heureux et c’est elle qui construit ce lien amical qui les soutien­dra toutes les deux malgré les périodes luna­tiques de Mathilde . Tous les person­nages qui gravitent autour d’elles sont aussi très inté­res­sants : la tante Alice confite en reli­gion et qui a peur de tout, le père de Matilde qui a trans­mis à sa fille la peur d’être expulsé, Geor­gette la soeur tant aimée de Mathilde insti­tu­trice dans un quar­tier popu­laire de Berlin qui pren­dra partie pour les spar­ta­kistes en 1920 et tant d’autres person­nages qui croisent leur vie. Une lecture que je vous recom­mande : cela fait du bien de retrou­ver la vie de gens ordi­naires traver­sant les tragé­dies de la grande histoire sans pour autant avoir connu une vie dramatique.

Citations

Le revers de la médaille de la victoire.

Mon arrière-grand-père alle­mand en veut aux alsa­ciens de ne pas recon­naître que la période du Reichs­land a été pour eux une grande phase d’ex­pan­sion écono­mique. Oubliées les lois sociales de Bismarck qui comptent parmi les plus progres­sistes d’Eu­rope. Le chan­ce­lier alle­mand a doté l’Al­sace du premiers système complet d’as­su­rances sociales obli­ga­toires. Oublié le grand degré d’au­to­no­mie octroyée à l’al­sace. En 1911 Alsace lorraine devient un vingt-sixième état confé­déré. L’Al­sace-Lorraine a sa Consti­tu­tion et son parle­ment comme les autres Länder du Reich. L’Al­sace a ses lois propres. Jamais plus elle ne sera aussi auto­nome. Oublié aussi le formi­dable essor urbain que connaissent les villes alsa­ciennes. Stras­bourg devient une véri­table capi­tale régio­nale. Henri Réling doit aux Alle­mands le quar­tier Saint-Joseph, la nouvelle gare, les cana­li­sa­tions toute neuves, l’eau potable, l’élec­tri­cité et ses deux belles maisons.

Lettre du grand père 19 août 1918.

Chère maman, un de mes amis lorrains vient de partir pour sa permis­sion. Et j’ai été pris soudain d’un tel cafard que j’ai besoin de bavar­der un peu avec toi à distance. Bien­tôt ce sera mon tour, peut-être déjà au début du mois de septembre. tous ceux qui m’écrivent me demandent quand je pars en permis­sion. Après toutes ces aven­tures en Russie et dans le nord de la France, comme je serais heureux de vous revoir, toi, ma chère mère, et vous, mes sœurs adorées ! Les jours de temps clair j’aper­çois les belles Vosges au loin. Et je pense avec nostal­gie à toi, ma chère petite mère. Vous allez trou­ver un peu ridi­cule qu’un jeune homme de vingt deux ans ans écrivent des choses aussi senti­men­tales. Mais quand on sait la vie que nous avons eue sur le champ de bataille, quand on sait les horreurs dont nous avons été témoins, il est facile de comprendre notre état d’es­prit. Prie pour que Dieu me protège, pour que nous puis­sions bien­tôt mener ensemble une vie heureuse.

Portrait d’une femme d’une autre époque

Cette sœur crain­tive avait peur de tout : de l’orage, des voleurs, des dépenses inutiles, des courants d’air, des chiens, de l’im­prévu, de la vie toute entière. Elle avait toujours habité au rez-de-chaus­sée de l’im­meuble de l’ave­nue de la liberté dans l’ap­par­te­ment de ses parents. À leur mort, elle avait simple­ment quitté sa chambre de jeune fille au bout du couloir pour occu­per la chambre conju­gale, plus spacieuse, sur le devant.

Le bilinguisme.

Ma grand mère avait attri­bué à chacune de ses de langue une fonc­tion bien défi­nie. L’al­le­mand était la langue des émotions graves et des juge­ments défi­ni­tifs. Une langue morale et sombre char­gée de toutes les misères du monde. le fran­çais était la langue légère des petits senti­ments affec­tueux. Mathilde m’ap­pe­lait « Ma chérie » et jamais « Mein Schatz » ou « Mein kind » Jamais, avant mon arri­vée en Alle­magne, elle ne m’avait d’ailleurs adressé la parole en alle­mand. jamais elle ne m’avait aidé à faire mes devoirs. Jamais elle ne m’avait fait réci­ter les « Gedichte », les poèmes que nous appre­nions au lycée. Je n’ai compris que bien plus tard combien elle était heureuse de m’en­tendre parler allemand.


Édition Livre de poche. Traduit de l’al­le­mand par Anne Georges

Lors d’une discus­sion pendant les vacances de la tous­saint, mes petits enfants ont exprimé toute leur passion pour Harry Potter, ma soeur leur a demandé : – Connais­sez-vous « Émile et les détectives » ?

Toutes les deux, nous avons partagé, alors nos souve­nirs : ce roman avait enchanté notre enfance. Dans ce mois de « feuilles alle­mandes », ne manquait-il pas un livre jeunesse ? Celui-ci écrit en 1929 , victime de la censure nazie a, selon moi, toute sa place et je pense qu’il rappel­lera de bons souve­nirs à beau­coup d’entre vous. Je viens de le relire, je crois qu’il va plaire aussi à mes petits enfants. Je rappelle le sujet : Émile Tisch­bein âgé de dix ans, part seul à Berlin, en train, pour retrou­ver sa grand-mère et la famille de sa tante. Sa maman est veuve et travaille comme coif­feuse chez elle, elle gagne tout juste de quoi vivre avec son petit garçon. Émile est intel­li­gent et débrouillard son but prin­ci­pal est d’aider sa maman. Dans le train, il est victime d’un homme qui lui vole l’argent qui lui avait été confié pour sa grand-mère.
Arrivé à Berlin, Émile grâce à une bande d’en­fants aussi débrouillards que lui prend en chasse son voleur, ensemble ils arri­ve­ront à le faire arrêter.
Ce qui fait tout l’in­té­rêt du livre c’est le côté très vivant de la bande d’en­fants, les diffé­rentes person­na­li­tés des petits lascars sont très atta­chantes. L’écrivain a beau­coup d’humour et je suis certaine que les enfants d’aujourd’hui peuvent sourire et se retrou­ver dans les dialogues de ces enfants. C’était un très bon roman jeunesse qui a presque un siècle et je parie qu’il peut encore plaire aux enfants.

Et … incroyable, j’ai trouvé un point commun avec Harry Potter ! ! Dans le premier tome Harry, Ron et Hermione se couvrent de gloire grâce à leur courage dans des actions témé­raires et coura­geuses. Mais Dumble­dore féli­cite aussi le petit Neville Londu­bat qui est resté à son poste de veilleur toute la nuit. Dans « Émile et les détec­tive », le poli­cier féli­cite évidem­ment Émile et ses amis pour leur courage dans cette course hale­tante à travers Berlin pour attra­per le voleur, mais il souligne aussi le courage du petit Vendredi qui loin des actions d’éclat est resté à son poste devant son appa­reil de télé­phone et a permis le succès de l’opération en infor­mant en temps et en heure du mouve­ment des troupes. Le courage des petits est donc mis à l’honneur dans ces deux récits.

L’adulte que je suis aujourd’­hui a été éton­née par la descrip­tion réaliste des diffi­cul­tés sociales en Alle­magne en 1920 et l’ad­mi­ra­tion pour les réali­sa­tions tech­no­lo­giques des villes modernes. J’ai retrouvé intact mon souve­nir du rêve cauche­mar­desque qui boule­verse Émile dans le train : c’est vrai­ment bizarre de consta­ter que des livres d’en­fance peuvent rester graver dans les souve­nirs à tout jamais me semble-t-il.

Citations

Genre de phrases que l’on aime bien lire dans un livre jeunesse.

Admet­tons que la malchance reste toujours la malchance. mais quand on a des amis qui spon­ta­né­ment vous viennent en aide, disons que ça fait du bien au moral.

Humour.

– Vous jacas­sez pendant des heures sur des problèmes de nour­ri­ture, de télé­phone, de nuits passées hors de chez nous. Par contre, sur la manière d’at­tra­per le voleur, pas un mot. À vous écou­ter, on se croi­rait… on se croi­rait dans un conseil de prof ! 
Aucune injure plus forte ne lui était venue à l’esprit.