http://multimedia.fnac.com/multimedia/images_produits/grandes110/9/6/5/9782211064569.gif

4
Roman destiné aux adolescents, ce roman peut séduire un public assez large de l’enfance aux adultes. C’est un plaidoyer contre tous les obscurantismes. Elvina jeune fille juive vivant au 11e siècle n’a pas le droit d’apprendre. Elle est interdite d’école et d’études parce que c’est une fille ! Or l’écriture la passionne et rien ne pourra l’empêcher d’apprendre.

On voit de l’intérieur d’une famille, pourtant très érudite, tous les interdits religieux qui sont autant de frein à la compréhension du monde. Au- delà de la petite communauté rode les hordes des croisés, et la peur qu’ils anéantissent tous les juifs avant de partir en terre sainte. Comme le récit est vu à travers le personnage d’Elvina, c’est très facile à lire et permet de revivre cette époque. Le point de vue sur les croisades n’est pas exactement celui que j’avais appris à l’école mais c’est vrai qu’il n’y a plus aujourd’hui grand monde pour chanter les louanges des valeureux croisés !

Le mazal ? C’est l’ange gardien d’Elvina à qui elle écrit tout ce qui la perturbe, un peu comme les adolescentes d’aujourd’hui remplissent des cahiers intimes.

http://www.premiere.fr/var/premiere/storage/images/racine/film/l-arnacoeur/29477272-10-fre-FR/L-Arnacoeur_fichefilm_imagesfilm.jpg

Beaucoup de succès pour ce film : la presse et les blogs sont unanimes. C’est une comédie et ça fait du bien de rire au cinéma. La parodie des films d’action à l’américaine est bien imaginée et franchement drôle. On connaît la fin avant même que le film ne commence mais cela n’est pas très génant. Les acteurs sont excellents , j’ai beaucoup aimé les seconds rôles.Pour moi, cela ne mérite pas, non plus tous les éloges que j’ai pu lire, peu importe, mes amis et moi avons passé une très bonne soirée.

On en parle

link.

http://couverture.numilog.com/9782709633260_GRANDE.jpg 4
C’est avec une grande tristesse que j’ai lu ce livre, par ailleurs excellent. Je savais bien que la Chine maoïste ne correspondait en rien à mes croyances de jeunesse, mais « Petit Mao » va plus loin, il détruit dans une machine à broyer les moindres illusions tous les mythes maoïstes. En plus de l’horreur qui s’est abattue sur les lettrés de cette grande civilisation, il y a la douleur personnelle d’avoir prêté une oreille positive à toute cette propagande. Comment croire que tuer tous les oiseaux de Chine, pouvait aider à résoudre la famine ! ! Comment croire que les textes des siècles anciens étaient droitiers et qu’il fallait tous les brûler, comment croire qu’il fallait humilier, jusqu’à la mort, l’intelligence.Le roman est bien imaginé, un enfant construit sa vie sur le désir de retrouver sa mère qui a été la première femme de Mao. Il est confié à un couple communiste et lettré. Cela permet à l’auteur de décrire les tragédies de la Chine communiste d’un point de vue original. Comme souvent dans ce genre de livre qui remet en cause les choix politiques d’un pays, je préfère l’écriture de ceux qui ont eu à en souffrir. Les Chinois sont nombreux à écrire je rappellerai juste la force et l’humour de « Balzac et la petite tailleuse Chinoise » de Dai Siji.

Citation

– Tu hésites parce que ce porc est ton père ? aboya un garde à mes oreilles.

La meute se déchaîna.

– Nos pères ne sont rien ! S’ils trompent le Parti, les fils ont le devoir de les éliminer. Nous sommes les fils de la révolution, pas ceux de nos pères ! Frappe-le !

– Mort aux pères ! hurlèrent-ils.

Et ils m’obligèrent à gueuler avec eux.

– Mort au père, criai-je.

Comment auraient-ils deviné que mon cri s’adressait non à l’homme que je vénérais et qui souffrait sous leurs tortures, mais à celui qui en était l’instigateur, Mao Zedung lui-même ? Dérisoire et invisible victoire.

Seul Wang Yi comprit la vérité de cet hallali.

On en parle

link.

http://www.cathulu.com/media/02/01/281428377.jpg

3
Roman construit comme une partie de dominos, de dominos abkhazes. (J’ai dû rechercher où était L’Abkhazie, je ne suis pas certaine que je connaissais ce pays, l’article de Wikipédia ne parle pas du jeu de dominos ! !) On sent dans ce roman, un auteur passionné des mots et des jeux avec le langage. J’écoute souvent les « papous dans la tête » sur France culture à laquelle il participe, c’est une émission qui me fait sourire. Comme son livre. Il est agréable à lire, beaucoup de remarques assez justes sur notre société, une grande bienveillance pour les êtres humains en général et les femmes en particulier. Et surtout un grand plaisir à jouer avec la langue française qui donne tout le charme à ce roman

Des amours qui commencent, d’autres qui se finissent ce n’est que la vie en quelque sorte, une vie dans un monde parisien de la grande bourgeoisie parisienne où l’argent n’est vraiment pas un problème.

Citations

 Parfois quand un inconnu indiscret vient à le questionner sur sa vie – un taxi, un coiffeur de province, un voisin de train – Yves s’invente un métier, se fabrique une vie, dans l’impunité de l’anonymat ….Le temps d’une course place d’Italie – rue Montmartre, il devient l’un des spécialistes européens de la cryptobiose des tardigrades.

– De la quoi des quoi ? dit le taxi

– De la cryptobiose des tardigrades. Les tardigrades sont de tout petits animaux pas plus gros qu’une tête d’épingle. Ils sont capables d’expulser toute l’eau de leur corps pour résister à des températures extrêmes dans l’Antarctique : c’est cela, la cryptobiose. Dans cet état, ils peuvent survivre des années, parfois des siècles. Je les étudie depuis vingt-deux ans maintenant.

– On vous paye pour ça avec nos impôts ? Demande le taxi inquiet.

On remarquera que la liaison se fait entre corps et étrangers, s’il y en a qu’un-un corétranger -, mais se fait en z s’il y en a plusieurs –des corzétrangers. Allez expliquer ça à un étranger.

On en parle

link.

2
Je ne veux pas être trop injuste avec ce roman qui m’a quand même beaucoup déçue. J’avais beaucoup aimé La Délicatesse. L’histoire d’amour entre Fritz et Anna n’a pas réussi à me passionner, la description à la fois des personnages et des milieux m’a semblé proche de la caricature. Je n’ai pas retrouvé la verve humoristique qui m’avait tant plu dans le précédent roman de cet auteur. Mais je ne veux pas être injuste car il m’a permis de passer une nuit d’insomnie beaucoup plus agréable que si j’avais zappé devant les reportages animaliers de la télé.

On en parle

link.

41DcAhZrXLL._SX262_BO1,204,203,200_3

Une femme qui préfère se faire appeler Chouquette que mamie (ou grand-mère), qui lutte de toutes ses forces pour garder un mari qui ne l’aime plus. La vie à Saint-Tropez où l’alcool et la drogue occupent une grand partie du temps. L’horreur des femmes de 60 ans qui veulent encore passer des soirées dans le vent.

Beurk de beurk, ce n’est vraiment pas drôle d’avoir peur de vieillir à ce point et d’être plongé dans des histoires abominablement tristes. L’auteur a ce talent de dire les choses brutalement un peu dans le style de certaines journalistes de Elle. Emilie Frèche décrit bien en le caricaturant peut-être un peu, le monde people où doit vivre une si petite partie de la population française. Ce n’est pas mon monde et je n’ai guère envie d’en faire partie,Les soirées sur yachts saint-tropéziens sont à vomir (et pas seulement dans le sens métaphorique !). Le désespoir de Catherine Alias Chouquette me touche assez peu, elle représente un peu tout ce que j’espère ne jamais être.

Le livre se lit très rapidement comme un grand article d’un hebdomadaire d’été.

Citations

Elle s’imagine parler au téléphone avec sa fille !

« Il faut que tu te réveilles, Adèle, mamie Nova, c’est terminé ! Oui, je me fais sauter ! Oui, je prends mon pied ! J’ai soixante balais et je mouille encore le fond de ma petite culotte, si tu veux tout savoir ! »

http://ecx.images-amazon.com/images/I/51QwzN9WRpL._SL500_AA300_.jpg

J’avais lu d’excellentes critiques de ce film, et le bouche à oreille était, aussi, très favorable. C’est mérité ; c’est un film très bien fait, les images sont superbes et l’histoire très bien menée. Comme dans tout bon film à suspens on soupçonne petit à petit tout le monde sauf le véritable coupable. Cela se passe dans le monde glauque à souhaits, de la politique internationale et des méandres pervers de la CIA. C’est peut-être le reproche que je ferai, on a déjà beaucoup vu cela au cinéma et ce film utilise les ressorts qu’on connaît déjà : la puissance occulte de la CIA, derrière tous les meurtres politiques de notre société. J’ai été également très déçue de le voir en version française.

On en parle

link.

5Cinq coquillages ? Oui, parce que ce livre met tout le monde de bonne humeur, cela se vérifie pour tous les nouveaux lecteurs de La vengeance du Wombat. Comme notre bibliothécaire, je n’apprécie pas trop les livres sur les animaux mais Kenneth Cook a un talent de conteur extraordinaire. C’est le deuxième conteur que j’ai découvert cette année : après le grand nord de Jorn Riel, voici le bush australien. En 14 nouvelles, l’écrivain nous plonge au cœur de cette région d’Australie où les animaux sont plus agréables à regarde dans les reportages animaliers que de très près. Je ne suis pas une très grande fan de nouvelles car je trouve difficile de changer d’histoires tous les trois ou quatre pages. Généralement, il y en a toujours que j’aime moins.

Dans ce recueil, les quatorze sont passionnantes. On finit par bien connaître les réactions de l’écrivain, il a vraiment l’art de se retrouver dans des situations impossibles. Par exemple : accroché au ventre d’un kangourou qui a décidé de le tuer alors qu’il venait de le sauver ! On sait aussi qu’il ne résistera jamais à un verre ou une goulée d’alcool offert par des gens qui ne lui voudront pas toujours que du bien. On sait enfin que lorsqu’il nous décrit sa phobie absolue des requins, il va se trouver quelqu’un qui réussira à l’entraîner à la pêche du plus dangereux des prédateurs d’humains.

Les scènes dans les cafés sont inoubliables et quelque peu terrifiantes. Entre autre, lorsque tous les consommateurs sans se paniquer le moindre du monde, se mettent à parier pour savoir si la grenade dégoupillée qu’un des buveur tient dans sa main peut exploser ou non… Si vous aimez découvrir des contrées lointaines, des animaux et des humains différents de vous, et surtout si vous aimez rire précipitez vous dans votre bibliothèque préféré découvrir Kenneth Cook … si vous ne le connaissez pas déjà.

Citations

De nos jours, le quokka est toutefois considéré par tous comme étant inoffensif, en raison de sa petite taille ; ce qui s’inscrit dans une longue série de grandes illusions qu’entretiennent les gens sur les marsupiaux d’Australie. Comme la plupart sont petits, les gens ne les croient pas dangereux. Quelle bévue !

 

Il n’y a rien d’étonnant à croiser un anthropologue dans les coins reculés et arides du désert australien. Ils sont partout. On estime que, dans l’outback, il y a plus d’anthropologues étudiant les Aborigènes que d’Aborigènes.

 On en parle

dans un de mes sites préférés : link.

http://www.premiere.fr/var/premiere/storage/images/racine/film/vincere/22413669-17-fre-FR/Vincere_fichefilm_imagesfilm.jpg

C’est un excellent film. Les images sont très belles. La musique est superbe, on est en Italie ! (hélas, le son est toujours trop fort dans les salles de Dinard, quatrième âge oblige ?). Le spectateur se sent porter comme dans un opéra, il ne peut que suivre et comprendre la trajectoire du dictateur. L’Italie est, pour moi, un pays de lumière, or, dans ce film tout est sombre, il pleut et très fort parfois . On doit à la neige l’une des plus belles images du film : Ida accrochée aux grilles de son hôpital prison qui lance, une fois encore, des lettres à toutes les autorités de son pays pour dénoncer son enfermement et la situation de son fils.

Le fascisme est bien rendu. Comme souvent, je n’ai pas pu m’empêcher de comparer avec le nazisme. Même si Mussolini est parfaitement odieux et a fait le malheur de l’Italie, cela n’avait pas grand chose à voir avec l’Allemagne hitlérienne. On entend et on voit un discours de Mussolini, il y est beaucoup plus caricatural que l’acteur qui joue Mussolini. A chaque fois que je vois les actualités de l’époque je n’arrive pas à comprendre comment il pouvait galvaniser les foules, on dirait un pantin.

Le film respecte tout ce qu’on sait de cette malheureuse femme et de son enfant, mais justement c’est ce qui m’a fait avoir une distance par rapport à ce film. Elle devient en quelque sorte folle par amour et ne fait rien pour éviter des sanctions alors que tout son entourage la met en garde. Son obstination fait son malheur et celui de son fils, j’aurais bien aimé comprendre pourquoi elle fait cela. J’ai pensé à ces héroïnes du cinéma détruites par leur passion amoureuse, Adèle H, Camille Claudel.

Je pense que si le film avait tenté une explication, on aurait pu lui reprocher de ne pas avoir respecté la vérité historique, mais moi ça m’a manqué. Je ne comprends pas l’obstination de cette femme. Je pense que tout le monde aurait essayé de sauver son enfant plutôt que de vouloir à tout prix qu’il porte le nom d’un père qui les rejette tous les deux.

On en parle

link.

Déçue par ce film, j’avais pourtant lu d’excellentes critiques. J’ai apprécié l’ambiance, la musique, les costumes (mais que les robes de cette époque enlaidissent les femmes, elles ont toutes l’air enceintes de 8 mois ! !). J’ai trouvé ça très long et je dois dire que les scènes champêtres m’ont énervée au plus haut point. J’ai également été très étonnée par la liberté des mœurs et l’absence de conventions sociales dans l’Angleterre de cette époque, ce n’est vraiment pas l’idée que j’en avais.

Pour ce qui est de la poésie, mon anglais n’est pas suffisant pour bien apprécier. J’ai du mal à croire à la façon dont est traité l’inspiration poétique. J’avais tellement aimé « La leçon de piano » !