SONY DSCLu dans le cadre du club de lecture de la média­thèque de Dinard.

3
Deux heures de lecture, pas plus, mais deux heures agréables et très drôles. C’est visi­ble­ment compli­qué de gran­dir avec deux parents sourds quand soi-même on entend très bien. Dans de très courts chapitres Véro­nique Poulain raconte son quoti­dien. Et si, comme moi, on ne connaît pas du tout ce monde là, c’est très instruc­tif. Est-ce qu’il y avait matière à un livre ? Je ne sais pas trop, disons… que je suis contente de ne pas avoir eu à l’ache­ter, mais que je ne regrette pas ma lecture. Je sais main­te­nant que les sourds sont très bruyants et que leurs enfants sont malheu­reux qu’on les remarque, surtout quand ils pètent trop fort dans un bus ! Pour moi qui ne suis pas spécia­liste, c’est un excellent livre pour les adoles­cents, cela permet de comprendre le handi­cap présenté sous une forme humo­ris­tique.

Il paraît que le film : « La famille Bélier » qui a été tourné à partir du livre connaît un cerain succès. J’ima­gine les éclats de rire à la scène du « prout » . Lire le billet de Dasola pour ne pas aller voir le film.

Citations

Les textos ont aidé la communication mais il reste quelques difficultés

Aussi habi­tuée que je sois au langage de ma mère, je ne comprends pas toujours ses textos. « oui café pas pu venir cause occupe dernière minute surprise invite. » Phrase limpide.

« Je ne sais pas Fran­çoise appelle plusieurs mon skype déjà. Pour ça. » Pour ça quoi ? Je laisse tomber.

Humour

Dans la langue de mes parents, il n’y a pas de méta­phores, pas d’ar­ticles, pas de conju­gai­sons, pas de proverbes, maximes, dictons, Pas de jeux de mots. Pas d’implicite.Pas de sous-enten­dus. Déjà qu’ils n’en­tendent pas, comment voulez vous qu’ils sous entendent.

On en parle

Un concert de louanges sur Babe­lio que je trouve un peu exces­sives, ce n’est quand même pas le livre du siècle.