SONY DSCLu dans le cadre du club de lecture de la média­thèque de Dinard thème roman épis­to­laire.

4
Le projet de Romain Slocombe : nous faire revivre les horreurs de la guerre à travers les lettres d’un jeune alle­mand membre du person­nel de l’am­bas­sade du Troi­sième Reich à Tokyo de 1942 à 1945. Il crée donc un Alle­mand « ordi­naire » Frie­drich Kess­ler ni trop Nazi ni résis­tant au nazisme, Frie­drich est sûr qu’Hit­ler est celui qui a redonné la fierté au peuple alle­mand et il ne voit pas que son pays court à sa perte. Il est, égale­ment, séduit par le Japon, son art, sa philo­so­phie. Il raconte ses éton­ne­ments, ses plai­sirs mais aussi ses doutes à sa sœur à travers des lettres très détaillées.

L’in­té­rêt du roman, c’est de vivre le quoti­dien des Japo­nais pendant la guerre, et de voir à quel point ce peuple suivait sans aucun recul, l’idéo­lo­gie induite par leur confiance dans leur empe­reur. On se rend compte en lisant ce roman, qu’il y avait plus de doutes sur le nazisme chez les Alle­mands que chez les Japo­nais sur leur supé­rio­rité et leur invin­ci­bi­lité. C’est vrai­ment horrible de se rendre compte de cela. Car si les bombar­de­ments sont une catas­trophe pour l’hu­ma­nité, on se demande si sans cela les Japo­nais auraient pu reve­nir à des compor­te­ments plus normaux. Les descrip­tions des bombar­de­ments sont d’une préci­sion abso­lu­ment terri­fiante, ce sont des passages diffi­ciles à lire.

J’ai préféré les petites histoires de la vie de tous les jours de ce peuple coura­geux qui relève la tête quelque soient les horreurs qu’ils subit. On sent bien que l’écri­vain aime cette civi­li­sa­tion, et a beau­coup d’es­time pour les Japo­nais (comme je le comprends), mais je pense que je n’au­rais pas eu la même estime pour les Japo­nais d’avant la guerre, ils se sont four­voyés dans un régime qui par bien des égards est pire que le nazisme car la popu­la­tion y adhé­rait plus effi­ca­ce­ment encore. Les massacres de Nankin sont une marque de honte sur cette civi­li­sa­tion.

Le seul reproche que je fasse à ce roman, c’est qu’à aucun moment on ne sent la réalité de la corres­pon­dance entre le frère et la sœur. L’écri­vain a choisi un arti­fice qui dessert son projet. Frie­drich Kess­ler est amené à nous racon­ter ce que lui dit sa sœur dans ses propres lettres. On a l’im­pres­sion qu’il fait les lettres et leurs réponses, cela pour nous racon­ter aussi les horreurs de Berlin sous les bombes. Bizarre !

Citations

De la difficulté de réécrire l’histoire : est-ce que les Nazis éprouvaient ce racisme anti-japonais ?

C’est une écla­tante insulte des Jaunes aux repré­sen­tants de la race aryenne, même si en l’occurrence il s’agis­sait du Reich.

Hélas ! les abris des habitants de Tokyo seront peu efficaces faces aux bombes incendiaires

Les asso­cia­tions de voisi­nage, enseignent un excellent abri dans les placards (les maisons en possèdent toutes de très grands et profonds, desti­nés à ranger la lite­rie) , capi­ton­nés à l’in­té­rieur par des mate­las. Tout cela dans des maisons de bois aux fenêtres et portes coulis­santes en papier. On peut, en effet, y attendre en toute tran­quillité les bombes incen­diaires.

Anachronisme ?

Dans les grands maga­sins, le rayon d’équi­pe­ments de salles de bains ne propose plus que des bassines en matière plas­tique ou des baquets de bois.