3
Livre inté­res­sant : un Séné­ga­lais, Omar Ba, essaie de convaincre ses compa­triotes qu’ils ont plus d’avenir au Séné­gal qu’en France. Il étudie de façon objec­tive , tous les drames de l’exil. C’est un point de vue rare et précieux et on sent qu’il n’hésite pas à aller à contre-courant des pensées consen­suelles dictées par la bonne, ou mauvaise, conscience. Malheu­reu­se­ment son point de vue est affai­bli parce qu’il vit en France ; il annonce qu’il retour­nera vivre au Séné­gal. Je l’espère sinon son livre perdra beau­coup de force.

Citations

Je dédie ce livre à tous ceux qui ne pensent pas comme moi.

Le qu’en dira-t-on, dont on fait son pain quoti­dien en Afrique, crée un véri­table handi­cap lorsqu’il s’agit de prendre des déci­sions person­nelles.

Il est urgent d’attaquer le problème de l’immigration illé­gale sous l’angle du trafic d’êtres humains. Trop souvent on vacille entre l’extrémisme de la droite et l’angélisme de la gauche pendant que se pour­suit la ruée macabre vers l’Europe.

L’ordre de prendre une pirogue ne vient d’aucun Etat du Nord, quand bien même ils sont en partie respon­sables.

4
J’ai beau­coup appré­cié ce livre en parti­cu­lier, toutes les remarques sur le voca­bu­laire et les contre­sens que nous faisons parfois en donnant au mot le sens d’aujourd’hui. Molière, » valet du roi » est très éclai­rant à ce propos. Chaque rituel permet de comprendre la fonc­tion royale mais permet aussi de réflé­chir à propos de notre société

Citation

Je me sentis comme élever l’esprit et le courage, je me trou­vai tout autre, je décou­vris en moi ce que je ne connais­sais pas, et me repro­chai avec joie de l’avoir trop long­temps ignoré. Cette première timi­dité qu’un peu de juge­ment donne toujours, et qui d’abord me faisait peine, surtout quand il fallait parler quelque temps en public, se dissipa en moins de rien. Il me sembla seule­ment alors que j’étais roi et né pour l’être.


4
J’ai commencé ce roman avec amuse­ment, persua­dée que je n’y trou­ve­rai qu’un inté­rêt modéré. (Ma grand-mère me parlait toujours avec émotion de Madame Coty, c’était son idéal de femme, elle lui attri­buait des pensées de compas­sion pour les pauvres gens – sans doute à cause de la photo où elle sert de la soupe à son président de mari- et surtout Madame Coty était une bonne catho­lique). J’ai beau­coup aimé le livre du petit fils de René Coty, il permet au lecteur de traver­ser le siècle par petites touches et analyses assez fines de notre société. L’auteur s’y met en scène avec une honnê­teté surpre​nante​.Je pense que mon inté­rêt vient aussi de la descrip­tion d’Etretat ou plus d’un dinar­dais retrou­vera des remarques qu’il se fait parfois sur notre « si » petit monde. Je sais que j’offrirai ce livre à des amis de Saint-Lunaire, Saint Briac ou de Dinard. Son dernier chapitre sur le bain dans l’eau de la Manche m’a vrai­ment ravie.

Citations

Mais le rêve d’amour avait fait place au harcè­le­ment mutuel qui occupe souvent les vieux couples.

Chaque dimanche, après déjeu­ner, les paysans cauchois s’engouffrent dans leur voiture pour aller regar­der la mer …tout le reste a changé : les culti­va­teurs habitent des maisons modernes, recons­truites à l’intérieur des anciennes cours plan­tées ; leurs bêtes engraissent dans des hangars en parpaings et leur four­rage est protégé par des bâches en plas­tique sous des piles de pneus.

Abré­geons les préli­mi­naires qui consti­tuent, pour cette acti­vité, le moment le plus pénible. Aucune douceur, aucune exci­ta­tion, aucun fris­son d’extase à espé­rer quand la première vague glacée vient lécher vos orteils. Elle semble plutôt là pour vous faire renon­cer, en vous rappe­lant que, même par beau temps, la mer reste toujours aussi fraîche, très infé­rieure à la tempé­ra­ture du corps…… Certains courent aveu­glé­ment sur les galets, ils descendent la pente en pous­sant des cris et entrent dans l’eau comme des soldats de 14 se jetant sous la mitraille ; d’autres hésitent longue­ment et progressent, pas à pas, dans une rela­tion maso­chiste avec l’élément.

Traduit de l’allemand par Cathe­rine Barret.
2
J’ai commencé ce livre en étant persuadé que j’allais m’amuser, l’histoire des réin­car­na­tions succes­sives ça me plai­sait bien : pas de chance je me suis un peu ennuyée, pas au point d’arrêter le livre mais je l’ai lu sans passion. Je pense que si ce livre a eu autant de succès en Alle­magne, c’est qu’il doit avoir des effets de langue qui dispa­raissent à la traduc­tion. Sinon qu’un Alle­mand construise tout un livre sur le regret qu’une femme peut éprou­ver à ne pas avoir été assez présente pour son enfant, ne me surprend pas, mais ne me passionne pas. Je pense que ce genre de livre ne doit pas contri­buer à réduire ce para­doxe : l’Allemagne est le pays où on est le plus persuadé que rien ne remplace la présence de la mère auprès d’un enfant jusqu’à 4 ou 5 ans et en même temps celui où le taux de fécon­dité est le plus bas.
Pour ce qui est des mœurs de l’audiovisuel, on n’apprend vrai­ment pas grand-chose !

Traduit du néer­lan­dais par Bertrand Abra­ham (quel travail !)

5
Livre passion­nant que je lis, relis, prête, offre avec le même succès depuis 2 ans. Le prin­cipe du livre est simple, l’écrivain jour­na­liste part en 1999 retrou­ver les traces du siècle. Chaque mois de son voyage, il traite un moment de l’Europe, par exemple : janvier 1999 il va cher­cher les traces de 1900 à 1914 à Paris l’affaire Drey­fus, puis en Gran­de­Bre­tagne l’enterrement de la reine Victo­ria…

C’est passion­nant car il s’oblige ainsi, à déca­ler son point de vue suivant le pays où il est pour des évène­ments qui concer­ne­ront l’ensemble de l’Europe. Comme j’ai une forma­tion de fran­çaise et que lui est hollan­dais son regard m’a semblé très nova­teur, j’ai eu l’impression de revi­si­ter toute l’histoire et de mieux la comprendre. Lelivre est long mais comme il s’arrête de mois en mois on peut le lais­se­ret le reprendre sans être perdu.

Citations

Freud obtint l’autorisation de quit­ter la ville dans laquelle il avait vécu depuis sa prime jeunesse. Il partit à Londres, où il allait mourir un peu plus d’un an après. Avant son départ, les nazis exigèrent du patri­cien mondia­le­ment connu une décla­ra­tion écrite certi­fiant qu’il avait été parfai­te­ment bien traité. Freud signa sans sour­ciller et n’ajouta qu’une phrase :«Je peux cordia­le­ment recom­man­der la Gestapo à tous ».

Nulle part ailleurs (qu’à la télé­vi­sion suédoise) je n’ai eu l’occasion de voir cinq acteurs rester si long­temps muets et immo­biles à l’écran. Ils devaient être en train de se bouf­fer le nez je pense.

Sabino de Arena fonda­teur du mouve­ment indé­pen­dan­tiste basque (avait évoqué dans sa dernière pièce « libe » le destin d’une femme préfé­rant mourir plutôt que d’épouser un espa­gnol) prit pour épouse une jeune paysanne, unique­ment à cause de la « pureté » de son sang. Après sa mort, elle eut tôt fait de se trou­ver un mari … un agent de police espa­gnol.

En 1954, les Fran­çais ont torpillé le plan de Commu­nauté euro­péenne qu’ils avaient eux-mêmes conçus.

Jusqu’en 1968, la majo­rité des garçons étaient encore en vestes et portaient les cheveux courts, la prédo­mi­nance des pulls, des barbes ou des mous­taches, et des longues cheve­lures ne cessa ensuite de se renfor­cer. Le caftan de berger afghan, doublé de four­rure, était très appré­cié, été comme hiver.

Traduit de l’anglais (États Unis) par Jean­nine Héris­son.
5
J’ai tout simple­ment adoré ce livre, pour­tant je ne suis pas une passion­née de la nature, et l’auteur y raconte avec minu­tie ses obser­va­tions sur les plantes, les insectes et les animaux. Elle raconte très bien et au-delà de on sent tout les efforts qu’elle a dû faire pour vivre seule. Je la comprends trop bien : il a fallu qu’elle prenne racine. Au milieu des obser­va­tions animales on trouve des petites notes sur les humains et les humaines qui m’ont beau­coup touchée. En parti­cu­lier sur la soli­tude des femmes « d’un certain âge ».

Citations

Pendant ces douze années, j’ai appris qu’un arbre a besoin d’espace pour pous­ser, que les coyotes chantent près du ruis­seau en janvier, que je peux enfon­cer un clou dans du chêne seule­ment quand le bois est vert, que les abeilles en savent plus long que moi sur la fabri­ca­tion du miel, que l’amour peut deve­nir souf­france, et qu’il y a davan­tage de ques­tions que de réponses.

On en parle

http://​www​.rats​de​bi​blio​.net/​h​u​b​b​e​l​l​s​u​e​.​h​tml

Traduit de l’anglais par Fanny Ladd et Patri­cia Duez (je remarque que les traduc­teurs se mettent souvent à deux pour un même livre, inté­res­sant ! )

5
Un livre que j’offrirai autour de moi, il avait été sélec­tionné par notre club de lecture mais je n’avais pas eu le temps de le lire. Récit détaillé du retour à la vie d’une condam­née à mort : on suit minute par minute le retour à la vie d’une servante chez des Lords, qui réchappe à la pendai­son (fait réel !) Elle avait été condam­née pour un infan­ti­cide qu’elle n’a pas commis. Elle avait été, pour son malheur, séduite par le fils de la maison.

L’auteur fait revivre avec un grand talent l’Angleterre des années puri­taines de Crom­well, c’est passion­nant un peu éprou­vant à lire car c’est telle­ment dur autant d’injustices et le talent de l’écrivain crée un suspens proche de l’insupportable, c’est vrai­ment très bien écrit.

5
Très bon roman, et là fran­che­ment le fron­tière entre­livre pour ado et adulte dispa­raît. J’ai beau­coup appré­cié aussi le site consa­cré au livre http://​letemps​des​mi​racles​.bondoux​.net C’est un véri­table prolon­ge­ment du livre. Beau­coup d’humour, d’amour de tragé­dies et de déses­poirs dans la fuite de cette femme à travers le Caucase. L’enfant arri­vera en France, elle non. Toute l’horreur de notre monde actuel est très bien racon­tée dans ce petit roman.Lorsque les deux enfants Prudence du Libé­rai et Koumaïl-Blaise du Caucase font un concours des horreurs qu’ils ont déjà vécus, on revoit sans peine toutes les images qui hantent nos mémoires d’aujourd’hui. Comme beau­coup de livres avec un itiné­raire à parcou­rir l’intensité parfois décroit, mais il y a des moments inou­bliables : l’immeuble, la décharge. La fin est terrible, on se demande comment va faire le héros pour conti­nuer à vivre. C’est aussi un livre sur l’amour mater­nel.

3
On se laisse prendre à ce roman historique,c’est un bon roman, sans plus. Je l’ai lu cepen­dant jusqu’au bout, sans trop d’ennui. Cette période de l’inquisition en Espagne du 15e et 16e siècle est vrai­ment une horreur à vous dégoû­ter de la reli­gion catho­lique.

Citation

Elle ferma les paupières, comme si elle voulait tendre un voile entre elle et l’horreur. quand elle rouvrit les yeux, deux condam­nés étaient déjà la proie des flammes. Le premier agoni­sait sans un cri. Le second hurlait, suppliait et se débat­tait, tant et si bien que ses liens, déjà consu­més, se déta­chèrent. Il jeta du haut du quema­dero, torche vivante. Les bour­reaux se préci­pi­tèrent sur lui. On réus­sit à lui entra­ver les pieds, on le replon­gea dans le feu. Il y demeura l’espace d’un credo et se préci­pita à nouveau hors du bûcher. Cette fois, un des soldats l’assomma du canon de son arme avant de le reje­ter défi­ni­ti­ve­ment dans le brasier.
Une odeur âcre avait submergé l’air du couchant. Une odeur de suint, de sueur, fondue dans la pesti­lence des chairs brûlée.

Je suis assez d’accord avec cet avis trouvé sur le net

28 avril 1487 à Tolède. En pleine inqui­si­tion espa­gnole, la Dona Vivero assiste à un auto­dafé. Parmi les condam­nés, le calme appa­rent d’un homme retient toute son atten­tion. Cet homme, c’est Aben Baruel. Posses­seur du Livre de Saphir, écrit de la main de Dieu, il l’a caché avant de mourir. Par l’intermédiaire de cour­riers post-mortem, il charge trois hommes de le retrou­ver : Samuel Ezra, le rabbin ; Cheikh Ibn Sarrag, le musul­man et Raphaël Vargas, descen­dant des templiers et moine fran­cis­cain. Ces trois hommes, de confes­sions appa­rem­ment oppo­sées, vont devoir taire leurs discor­dances pour résoudre les énigmes qui jalonnent leur chemin. Car Aben Baruel a distri­bué à chacun d’eux une partie des indices. Seule leur union leur permet­tra de venir à bout de cette quête. Au cours de leur inves­ti­ga­tion, il vont croi­ser le chemin de la Dona Vivero. Elle assure déte­nir la clé finale de leur parcours.

C’est un roman qui se lit très faci­le­ment. On se laisse rapi­de­ment entraî­ner par l’intrigue et les descrip­tions de l’Espagne du 15ème siècle sont saisis­santes. Pour­tant, je n’ai pas pu m’empêcher de noter quelques invrai­sem­blances et anachro­nismes flagrants. Pour n’en citer qu’un parmi d’autres, Gilbert Sinoué écrit à la page 286 : « C’est tout de même meilleur que vos oeufs frits au lard, vos sempi­ter­nels duelos y quebran­tos, vos sardines et vos pommes de terre ».
Sachant que nous sommes en 1487, que Chris­tophe Colomb (qui inter­vient d’ailleurs dans ce récit) n’a pas encore décou­vert les Amériques, et que les pommes de terre ne seront intro­duites en Espagne qu’au 16ème siècle (1534 pour être précise), j’ai trouvé ce passage pour le moins risible… Et ce n’est pas la seule erreur indé­niable de ce roman dit « histo­rique ». Mettons donc de côté l’aspect « histo­rique », pour conservé la part « mystique ».

J’avoue que j’ai trouvé la conclu­sion assez drôle. Moi, l’athée convain­cue, j’ai toujours été persua­dée que Dieu était une idée dange­reuse. L’interprétation que j’ai faite de la fin de cette épopée n’a fait que me confor­ter dans ce sens. Mais je ne peux pas plus vous expli­quer ici, au risque de déflo­rer le ressort de l’intrigue. Un bon roman pour l’été, si on n’est pas trop diffi­cile sur l’exactitude histo­rique.

Traduit de l’anglais ( de l’Inde) par Chris­tiane Besse

4
Très beau livre et il m’a obli­gée à lire lente­ment, cela signi­fie que le livre me passionne autant pour son histoire que son écri­ture. On y lit la diffi­culté de « sur »vivre au Bengla­desh. Beau­coup de thèmes sont abor­dés avec une grande déli­ca­tesse, la protec­tion de la nature, les rapports dans le couple et la violence des conflits dans cette région où les popu­la­tions sont parfois à la limite de la survie. La descrip­tion du raz de marée est abso­lu­ment saisis­sante. Le mélange des mythes et des faits natu­rels est très inté­res­sant. Pour une fois, dans un récit à propos de l’Inde les castes et les reli­gions sont au second plan, et on y retrouve donc les valeurs d’humanité commune à toutes les civi­li­sa­tions.