Une-Separation-Asghar-Farhadi-5

Il n’y a parfois pas d’autres commen­taires à faire que « Allez‑y ». C’est un excellent film, tout le monde le dit, le festi­val de Berlin l’a reconnu, les critiques offi­cielles et les blogs. Je n’ai pas trouvé de voix discor­dantes et je vais simple­ment rajou­ter la mienne à ce concert de louanges.

L’Iran est un pays qu’on ne connaît qu’à travers ses grands drames, et on se dit : c’est horrible mais ce n’est pas comme ça chez nous. Ici, il s’agit d’un drame ordi­naire et à travers ce couple qui s’aime mal, les grands problèmes humains sont posés : l’amour, la vérité, la reli­gion, les diffé­rences sociale, la justice… Et vrai­ment que ce soit en Iran ou en France nous réagis­sons tous de la même façon. Le fait que cela se passe en Iran rajoute beau­coup au film : donc un film univer­sel ancré dans une réalité étran­gère.

Le drame de la petite fille de 11 ans qui ne peut pas choi­sir entre son père et sa mère est boule­ver­sant. L’histoire est parfai­te­ment racon­tée, on est tenu en haleine jusqu’au bout sans effets spéciaux et sans mani­chéisme chaque person­nage est respecté pour ce qu’il est, aucun juge­ment aucune cari­ca­ture , vrai­ment Bravo !

Ah ! Que j’aimerais que le festi­val de Cannes ait aussi bon goût dans ses récom­penses !

On en parle

Chri­to­blog.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation