The Americans

série crée par Joe Weis­berg

CF Wiki­pé­dia :

Pendant la guerre froide, dans les années 1980, un couple d’officiers du KGB est formé afin de vivre aux États -Unis comme des citoyens améri­cains nés au Canada. Les deux agents sont des agents dormants pour le compte du KGB durant plusieurs années. La série débute au début du premier mandat de Ronald Reagan quelques années après leur « réveil ». Le premier épisode commence par une mission d’exfiltration d’un ex-agent du KGB passé à l’Ouest. Leur couver­ture les amène à vivre comme des époux, qui élèvent leurs deux enfants dans la plus pure tradi­tion améri­caine. En paral­lèle ils mènent des missions de rensei­gne­ment, de soutien ou de désta­bi­li­sa­tion sur le terri­toire des États-Unis d’Amérique.

Mon opinion :

J’ai adoré cette série , pour une fois nous sommes du côté du KGB , les spec­ta­teurs n’ont qu’une envie que les espions russes réus­sissent leurs missions. Pour­quoi ? Parce que les person­nages sont sympa­thiques et crédibles. Évidem­ment ce ne sont pas des anges , ils sont conduits à tuer et à tortu­rer cela donne un rythme prenant à la série , ils évoluent dans un monde où tous les coups sont permis et où rien n’est blanc ni noir. J ai eu l’impression que les Russes auraient pu signer cette série, ils ne sont abso­lu­ment pas ridi­cules ni les perdants dans cette histoire.

Nous voilà très loin de 24 heures chrono. Tout le problème posé par le propos de la série, c’est de savoir si ses agents russes qui vivent aux USA depuis une ving­taine d’années, vont rester fidèles à leur enga­ge­ment pour les valeurs sovié­tiques. La présence de leurs enfants tota­le­ment assi­mi­lés au mode de vie améri­cain ne leur faci­lite pas la tâche. La série rend très bien l’atmosphère des années 80 , elle est un peu en droite ligne de « Mad-Men » , et rien que pour cela elle vaut la peine d’être vue. Hélas il semble que la saison 2 est beau­coup moins bien , mais je ne l’ai pas encore vue.

True Detective

Série créée et écrite par Nic Pizzo­latto et réali­sée par Cary Fuku­naga

Synop­sis

CF Wiki­pé­dia

La première saison se déroule en Loui­siane , en 1995, et narre l’enquête de deux inspec­teurs Rust Cohle et Martin Hart, char­gés de résoudre le meurtre d’une jeune femme coif­fée de bois de cerfs et tatouée de dessins sata­niques . Alors qu’ils ont quitté la police, ils sont contac­tés en 2012 par deux autres inspec­teurs alors qu’un meurtre simi­laire a été commis.

Mon opinion :

J ai beau­coup aimé cette enquête , somme toute assez clas­sique mais très bien faite. Le cadre dans lequel se situe cette enquête est abso­lu­ment superbe, la Loui­siane est angois­sante et convient parfai­te­ment à l’enquête. Les deux enquê­teurs sont inté­res­sants surtout Rust Cohle. Le point de vue narra­tif est origi­nal on est en 2012 mais en réalité c’est ce qui s’est passé en 1995 qui nous tient en haleine. Bien sûr il y a quelques passages obli­gés ‚les méchants et stupides motards, les bagarres bien clas­siques , la stupi­dité des améri­cains pauvres arrié­rés vivant dans des bunga­lows cras­seux…

Mais l’ensemble se tient bien et on s’intéresse à cette enquête dans un cadre natu­rel éton­nant.

Broadchurch

Série télé­vi­sée britan­nique créée par Chris Chib­nall

Synop­sis cf Wiki­pé­dia :

L’assassinat d’un jeune garçon, Danny Lati­mer, met sous le feu des projec­teurs la petite commu­nauté de Broad­church, petite ville côtière du comté de Dorset. L’inspecteur Alec Hardy, récem­ment nommé à son poste, est chargé de l’enquête avec le lieu­te­nant Ellie Miller, proche de la famille Lati­mer, et qui espé­rait le poste de Hardy..

Mon opinion :

J’ai passé un bon moment avec cette série,j’ai été sensible au cadre , une petite ville balnéaire britan­nique et aux person­nages qui semblent sortir de la vie de tous les jours. Le dénoue­ment est assez étrange , mais quand on pense au début de la série c’est assez émou­vant, je ne peux en dire plus sans dévoi­ler le suspens impor­tant pour cette série.

Downtown Abbey

Série anglais créée par Julian Fellowes

Synop­sis cf Wiki­pé­dia

Cette série met en scène la vie de la famille Craw­ley et de leurs domes­tiques à Down­ton Abbey, une demeure anglaise, dans les années 1910. La série commence en 1912.

Les héri­tiers de Down­ton Abbey ayant péri lors du naufrage du Tita­nic, la famille Craw­ley se retrouve dans une situa­tion déli­cate : le domaine est soumis à l’ « entail “ , c’est-à-dire qu’il doit inté­gra­le­ment passer à un héri­tier mâle, le titre de Lord Gran­tham, le domaine et la fortune de la famille étant indis­so­ciables. Les trois filles ne peuvent prétendre ni au titre ni à l’héritage. Matthew Craw­ley, un loin­tain cousin, est le nouvel héri­tier. Il arrive à Down­ton Abbey où il découvre un style de vie nouveau pour lui, avec des règles très strictes qui régissent la vie entre aris­to­crates et servi­teurs.

Mon opinion :

Une excel­lente série qui fait revivre avec beau­coup d’authenticité dans les détails du décor la vie dans les riches demeures anglaises.

J ai regardé les trois premières saisons , avec un grand plai­sir.

C’est d’un grand clas­si­cisme , c’est parfai­te­ment fait et on passe de bonnes soirées , un peu comme lorsqu’on était enfant on nous racon­tait de belles histoires.

Ainsi soient-ils

Série fran­çaise créée par David Elkaïm, Bruno Nahon, Vincent Poymiro et Rodolphe Tissot

Une série fran­çaise qui raconte l’engagement de jeunes garçons vers la prêtrise. Nous voyons le quoti­dien de jeunes sémi­na­ristes. Il y a beau­coup de clichés dans cette série :

  • la résis­tance du prêtre direc­teur du sémi­naire ancien prêtre ouvrier luttant contre sa hiérar­chie qui ne souhaite que son confort , l’évêque est vrai­ment une cari­ca­ture du 19° siècle.
  • Le pape qui est une marion­nette sans aucun inté­rêt , un vieille momie dont on tire les ficelles
  • L’homosexualité honteuse d’un des sémi­na­ristes .
  • Le combat pour les sans papiers sans beau­coup de nuances.
  • Le riche bour­geois corrompu sans aucune morale .

Malgré tout cette série se regarde sans déplai­sir , le regard sur notre société de 2014 à travers l’engagement catho­lique est origi­nal et apporte quelque chose à la compré­hen­sion de notre époque. J’en avais lu d’excellentes critiques que je trouve un peu usur­pées. Disons que, pour une série fran­çaise, c’est moins mauvais que d’habitude !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation