http://extranet.editis.com/it-yonixweb/IMAGES/ESL/P3/9782365690447.JPG

Traduit de l’espagnol par Cata­lina SALAZAR

3
Ouf j’ai fini ! J’ai traîné ce livre pendant 10 jours en cher­chant pour­quoi Cathulu et Clara avaient été aussi enthou­siastes, c’est ce qui m’a permis, d’ailleurs,d’aller jusqu’au bout. Même la fin est déce­vante, évidem­ment c’est au lecteur de l’imaginer !

Les hypo­con­driaques me font rire d’habitude mais celui-là m’a ennuyée , on ne sait abso­lu­ment pas pour­quoi il est tueur et pour­quoi il doit tuer sa victime. On a une pâle expli­ca­tion à la fin, une sombre histoire d’héritage. L « impor­tant n’est pas là , mais dans la descrip­tion de toutes les mala­dies du tueur.

On sourit parfois (heureu­se­ment !) , mais 230 pages sur les mala­die imagi­naires, les siennes, ou celles des hommes illustres, c’est terri­ble­ment ennuyeux. J « ai souri à la descrip­tion de sa gros­sesse nerveuse et je veux bien croire que c’est très rare chez l’homme ! C’est compli­qué de tuer un homme quand on louche, quand on est atteint de sommeils subits à n’importe quel moment de la jour­née, de cris­pa­tions des doigts au moment de tirer…

Contrai­re­ment à Clara, j’ai trouvé ce roman très répé­ti­tif et puis même traité sous le ton de l’humour j’ai fini par ne plus suppor­ter les descrip­tions des mala­dies. On sait par avance qu’il ne parvien­dra pas à tuer sa cible, le seul inté­rêt c’est de savoir quelle nouvelle mala­die va l’en empê­cher. Cela ne m’a pas suffit pour trou­ver de l’intérêt à cette longue élucu­bra­tion sur toutes les patho­lo­gies que l’on peut s’inventer aujourd’hui.

Citations

Genre de statistiques absurdes mais drôles

Selon le Dépar­te­ment des Risques de l’université de l’Iowa, il y a 700 000 méde­cins en acti­vité aux États-Unis et il meurt 120 000 personnes par an pour des raisons déri­vées d’une mauvaise pratique médi­cale. Cela équi­vaut à une moyenne de 0,171 mort par méde­cin. Par ailleurs , 80 millions d’Américains possèdent une arme à feu et 1500 personnes meurent chaque année d’un acci­dent lié à ces mêmes armes a feu . Ce qui donne une moyenne de 0,0000188 mort acci­den­tel par armes. Par consé­quent , si l’on en croit les statistiques,nous devrions en conclure qu’un méde­cin est 9000 fois plus dange­reux qu’une arme à feu, conclu­sion sans doute exagé­rée. 

Conseils pour être un bon tueur

Ne tue jamais sous l’emprise de la colère,même pas les gens qui t’énervent dans le métro , dans les bureaux de l’administration publique ou à la merce­rie , même si l’on te méprise en raison de ton physique diffé­rent, de ta façon de te dépla­cer et de t habiller , de tes coutumes taci­turnes , de ton âme sensible et mélan­co­lique et, parfois aussi, de ta maladresse au tir. 

On comprend son médecin

Le dernier méde­cin de famille que j’ai appelé lors d’une attaque de goutte en pleine nuit , avec le gros doigt du pied droit et les genoux enflés , m’a dit à l’aitre bout du fil :
- Bon Dieu, vous voulez bien arrê­ter de télé­pho­ner à n’importe quelle heure, monsieur ? Je vais vous donner un autre numéro. Notez le : 901 242 626. C’est bon ? Vous l’avez ? Bien , c’est celui d’une entre­prise de pompes funèbres. Ils s’occuperont mieux de vous que moi. 

On en parle

Je n’ai trouvé que des avis posi­tifs, je suis visi­ble­ment la seule à m’être ennuyée ! Outre Clara et Cathulu le blog de Moon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation